Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 22/12/2014 L’orgue Jungk (1855) de l’ancienne cathédrale Notre- Dame-du-Puy de Grasse (06). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Provence-Alpes-Côte d’Azur Départ. : Alpes-Maritimes Ville : Grasse Local : Cathédrale Notre-Dame Facteur : Jungk Année : 1855 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Il est fait mention dès 1154 d’une église Ste Marie sur la colline du Podio (le Podium en latin, le Puy en français). Après le transfert de l’évêché en 1244 d’Antibes à Grasse, l’église fut reconstruite au milieu du 13ème siècle sous sa forme actuelle. De style roman d’inspiration lombarde, avec des éléments gothiques (croisées d’ogives), la nouvelle cathédrale se compose d’une nef à sept travées et deux bas-côtés. Les murs extérieurs sans contreforts sont très épais (environ 2m). A l’origine la nef se terminait par une abside semi-circulaire et deux absidioles. A la fin du 17ème siècle, l’abside fut remplacée par un chœur rectangulaire. Au début du 18ème, une crypte est creusée, les anciennes portes d’accès latérales sont murées et le portail principal est restauré et doté d’un escalier à double volée. En 1790, l’évêché de Grasse fut supprimé. En 1795, un terrible incendie qui dura plusieurs jours abîma certes l’édifice mais ne le détruisit heureusement pas. La cathédrale possédait un orgue construit en 1633, mais on ignore l’identité du facteur. Cet instrument fut détruit dans l’incendie de 1795. En 1798, l’évêché fit l’acquisition de l’instrument de l’église St Vincent de Paul (les Réformés) de Marseille. En 1855, le facteur Frédéric JUNGK d’origine alsacienne et installé à Toulouse, construisit un orgue neuf, celui que nous entendons aujourd’hui. Il s’agissait d’un instrument de 27 jeux sur deux claviers et pédalier, de style romantique, plus exactement de ce que l’on appelle le style de transition, à mi-chemin entre les orgues classiques de la fin 18ème et le pur style romantique du 19ème siècle. L’instrument fut inauguré par LEFEBURE-WELY. Le buffet est de style néo-classique et comporte cinq plates-faces et deux tourelles latérales plates à trois tuyaux. En 1907, le facteur Félix VIGNOLO de Marseille effectue un relevage. En 1950, l’instrument est restauré par la maison de Maurice PUGET de Toulouse. En 1981, la maison TAMBURINI de Crema (Italie), a restauré l’orgue dans son état original et a rajouté un Positif de dos neuf doté de neuf jeux de style classique ainsi que cinq jeux neufs au Grand-orgue et au Récit. Le buffet de ce Positif a été réalisé en copie du grand buffet, avec trois plates-faces. Cet instrument très intéressant nous livre un bon exemple de la facture du facteur JUNGK, souvent trop méconnu. A ce propos, il est utile de consulter cette excellente monographie de Dominique AMANN : http://www.la-mauriniere.com/orgues/amann-le-facteur-d-orgues-fr-d-ric-jungk.pdf Autres caractéristiques : 41 jeux - 3 claviers manuels de 54 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Machine Barker au G.O Accouplements : I/II - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P