Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 14/09/2008 Mise à jour le 04/03/2014 Le grand orgue Silbermann (1714) de la cathédrale Ste Marie de Freiberg (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Freiberg Local : Dom St Marien Cathédrale Ste Marie Facteur : Silbermann G. Année : 1714 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. A cet emplacement, s’élevait depuis 1180 la basilique romane Ste Marie, érigée à l’époque du développement de Freiberg dû à l’exploitation des mines d’argent. Deux des plus importants trésors de l’église y furent placés entre 1225 et 1230, le Triomphe de la Croix et la Porte Dorée, portail en grès de Saxe richement doré, l’une des œuvres majeures de l’art allemand du 13ème siècle. Lors du grand incendie de 1484, la basilique fut presque intégralement détruite. La cathédrale Ste Marie fut aussitôt reconstruite dans le style gothique à trois nefs. La reconstruction fut achevée en 1505. En 1537, le culte catholique fut remplacé par le culte luthérien. Les deux trésors de 1225 furent fort heureusement préservés et en 1505 le sculpteur Hans WITTEN réalisa la Chaire Tulipe dans la nef, œuvre remarquable de style gothique tardif. Une autre œuvre tout aussi remarquable, la Chaire du Mineur, fut réalisée en 1638 par Hans FRITZSCHE en grès de Saxe. La cathédrale possède deux instruments historiques construits par le célèbre facteur Gottfried SILBERMANN. Le facteur saxon qui avait étudié avec son frère Andreas à Strasbourg puis chez le facteur THIERRY à Paris n’avait que 27 ans lorsqu’il entama la construction du grand-orgue de la cathédrale. Le grand-orgue a été réalisé entre 1710 et 1714. Sa conception comme le dessin du buffet ont été influencés par l’organiste de la cathédrale Elias LINDNER, qui était également juriste et mathématicien. Les sculptures sont de la main du sculpteur Johann Adam GEORGI de Leipzig. L’orgue fut inauguré pour l’assomption 1714 par le célèbre organiste et cantor de St Thomas Johann KUHNAU. En 1738, l’orgue a fait l’objet d’un relevage et le buffet a été redoré par Christian Polycarp BUTZAUS. SILBERMANN a modifié le Nasard du grand-orgue en Tierce et a rajouté un Quintadon 8’ et une Flaschflöt 1’ au Positif supérieur. L’orgue de 44 jeux était accordé au diapason de 473 Hz avec un tempérament mésotonique. L’instrument est resté quasiment inchangé depuis ses origines, ce qui lui confère une valeur historique remarquable. On peut noter cependant plusieurs modifications de l’intonation notamment en 1869 avec un tempérament égal, puis au cours du 20ème siècle avec un retour au tempérament inégal. De 1981 à 1983, la maison JEHMLICH de Dresde et le facteur Kristian WEGSCHEIDER de Dresde ont effectué une importante restauration. L’harmonisation a été refaite, avec un tempérament mésotonique légèrement modifié. Des bagues d’accord ont été ajoutées à la tuyauterie pour éviter qu’elle ne puisse être dans l’avenir modifiée ou coupée. En 2009 et 2010, JEHMLICH a réalisé un relevage et a restauré l’alimentation en vent dans sa configuration originale, avec ses 6 soufflets cunéiformes. L’orgue restauré a été inauguré en juin 2010 pour le 300ème anniversaire du contrat signé par SILBERMANN. Ce grand-orgue est considéré comme le chef d’œuvre de SILBERMANN et comme un chef-d’œuvre absolu. Sa sonorité si particulière réunit de façon inspirée les éléments sonores de la facture française et saxonne de cette époque. Autres caractéristiques : 44 jeux - 3 claviers manuels de 48 notes et pédalier 24 notes Trasmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements (à tiroir ) : I/II, III/II Tremblant général Battement (Schwebung) : Positif supérieur Diapason : La = 476 Hz - Tempérament mésotonique modifié Voir le petit orgue SILBERMANN (1719) Voir la page des orgues de G. Silbermann