Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 28/04/2014 L’orgue Silbermann (1752) de l’église paroissiale de Frankenstein (Oederan) (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Frankenstein (Oederan) Local : Dorfkirche Eglise paroissiale Facteur : Silbermann G. Année : 1752 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. Le village de Frankenstein fait partie de la commune d’Oederan qui possède également un orgue de SILBERMANN. La première mention de l’église du village remonte à 1206. Cette église gothique était dépourvue d’ouverture au nord, elle possèdait une voûte et des galeries latérales en bois, ornées de motifs relatant les récits bibliques. Des fragments en ont été retouvés sous le plafond de la Sacristie. L’autel gothique et une Mise au Tombeau du Christ ont été restaurés et sont exposés au Musée municipal de Freiberg. Sous la tribune de l’orgue se trouve un bénitier en granit daté de 1594. L’église a été reconstruite entre 1748 et 1752. Le dôme baroque du clocher ne sera posé qu’en 1821. Ce clocher s’effondre en 1882 sous une tempête de neige et est reconstruit à l’identique en 1883. L’intérieur de l’église a été restauré en 1980 et 1991 et l’extérieur entre 1993 et 1997. En décembre 1748, le facteur BELLMANN d’Augustusburg (Saxe) soumet un devis pour un orgue neuf. Ce devis trop élevé ne sera pas retenu. En juillet 1749, le contrat est passé entre Friedrich August von SCHÖNHERR et Gottfried SILBERMANN de Freiberg pour la construction d’un orgue de 13 jeux sur un clavier et pédalier. La construction de l’instrument fut entamée en 1751 par Gottfried. Malheureusement ce dernier sans doute souffrant ne put terminer son œuvre qui fut achevée au printemps 1752 par son neveu, Johann Daniel SILBERMANN. Gottfried devait décéder le 4 août 1753. C’est donc ici sa dernière œuvre, avec l’orgue de la cathédrale catholique de la Ste Trinité de Dresde. La décoration du buffet  fut réalisée par le graveur Gottfried HAUER d’Hainichen (Saxe). En 1775, des travaux de réparation ont été effectués par Adam Gottfried OEHME de Freiberg, successeur de SILBERMANN. En 1808, d’autres travaux ont été réalisés par le facteur Johann Christian KNÖBEL de Freiberg. En 1882, l’instrument subit des dommages à la suite d’un incendie dans l’église, provoqué par la foudre. En 1883, le facteur Friedrich August SCHUBERT de Freiberg a restauré l’instrument. Les tuyaux de façade ont été remplacés. En 1895, des travaux de réparation ont été effectués par Guido Hermann SCHÄF de Grünhain. En 1934, la maison des frères JEHMLICH de Dresde a ajouté une Aéoline 8’ au clavier manuel sur un sommier à transmission pneumatique et a supprimé le Tremblant. Le buffet a reçu une peinture rouge. En 1997 et 1998, la maison Wieland RÜHLE de Moritzburg a effectué une restauration en profondeur de cet instrument historique, dans sa disposition originale. A l’exception des tuyaux de façade, la quasi-totalité du matériel sonore et de la mécanique sont d’origine. D’autre part, cet instrument est le seul survivant des orgues de Gottfried SILBERMANN à être accordé au Ton de Concert (Kammerton), soit 412,5 Hz, avec un tempérament inégal. (L’orgue de la Frauenkirche de Dresde avait le même diapason mais il a été détruit en 1945). Le buffet restauré par Günther ALPHA de Schellenberg (Liechtenstein), a retrouvé son coloris blanc. Malgré sa taille réduite, cet instrument possède une sonorité d’une profondeur et d’une plénitude exceptionnelles. L'orgue avant 1998 Autres caractéristiques : 13 jeux - 1 clavier manuel de 48 notes et pédalier 24 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Tirasse permanente Diapason : La = 412,5 Hz - Tempérament inégal Voir la page des orgues de G. Silbermann