Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 14/05/2022 Le grand-orgue Tamburini (1931) de la basilique Santa Croce de Florence (Italie)
Pays : Italie Région : Toscane Ville : Firenze Local : Basilica di Santa Croce Facteur : Tamburini Année : 1931
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 90 jeux - 4 claviers manuels de 61 notes et pédalier 32 notes Transmissions électriques des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II - IV/II - III/I - IV/I Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P Combinateur électronique Appels anches : I - II - P Crescendo - Séquenceur
Orgues en France et dans le monde.
Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche Recherche
Cette grande église a été construite par les frères franciscains dans le style gothique à partir de 1294, sur les plans de l’architecte florentin Adolfo di Cambio. Les travaux ont d’abord concerné le chœur et le transept. L’église fut utilisée dès 1320 mais véritablement achevée à la fin du 14ème siècle. Elle sera consacrée en 1443 par le pape Eugène IV. Au milieu du 16ème siècle l’architecte Giorgio Vassari a effectué un grand réaménagement de la basilique pour l’adapter aux dispositions du concile de Trente et a créé les autels et les chapelles latérales. Le clocher néo-gothique a été érigé au sud du chœur entre 1842 et 1847 par Gaetano Baccani. La façade, restée longtemps inachevée, a été réalisée dans sa forme actuelle entre 1853 et 1863 par l’architecte Niccolò Matas. L’édifice se compose de trois nefs séparées par des piliers octogonaux et couvertes par la charpente, d’un large transept et d’un chœur terminé par une abside pentagonale. La basilique a été plusieurs fois remaniée et sans cesse enrichie de décors des plus grands artistes. En plus d’être la plus grande église franciscaine au monde, la basilique est également le symbole de la culture florentine et est parfois appelée le ’’panthéon des gloires italiennes’’. De très nombreuses personnalités ont été enterrées ici comme en témoignent les 276 dalles dans le sol de la nef ou les autres monuments funéraires dont ceux de Michel-Ange, Alberti, Machiavel, Galilée ou Rossini. La basilique a été gravement endommagée en novembre 1966 par les tragiques inondations qui l’ont envahie jusqu’à 5 mètres de hauteur. Elle a rouvert en 1975 après près de dix années de restauration. Les deux tribunes placées face à face au-dessus des entrées latérales de la basilique ont été construites au milieu du 16ème siècle, lors des travaux de restauration menés par Giorgio Vassari. Entre 1575 et 1579, le facteur florentin Onofrio ZEFFIRINI a construit un orgue neuf de style Renaissance dans la tribune nord, côté évangile, dans un buffet conçu par Giorgio Vassari. L’instrument comportait deux gros tuyaux latéraux sonnant au FA0 24’ et SOL0, comme c’était déjà le cas depuis 1460 sur l’orgue de la cathédrale, restauré vers 1565 par ZEFFIRINI. La tribune sud est restée vide pendant des siècles. Au milieu du 18ème siècle, l’instrument a été remanié par les frères TRONCI de Pistoia (Toscane), qui ont conservé la majeure partie de la tuyauterie de ZEFFIRINI. Entre 1928 et 1931, grâce à un financement de la Caisse d’Epargne de Florence, la maison Giovanni TAMBURINI de Crema (Lombardie) a construit l’orgue monumental que nous pouvons entendre aujourd’hui. C’était alors le plus grand instrument d’Italie. Les organistes Ulisse Matthey et Alessandro Esposito ont participé à l’élaboration du projet. Les divisions de Grand-orgue et d’une partie de Pédale ont été placées dans la tribune épître dans un buffet construit à l’identique de celui du côté évangile. Une grande partie du matériel sonore de ZEFFIRINI, dont le Plein-jeu, a été placée dans ce buffet. Dans le buffet historique ont été placées les divisions de Positif expressif et de Récit expressif ainsi qu’une autre partie de la Pédale. La division de Chœur expressif et le reste de la division de pédale ont été placés dans un corps sans buffet apparent derrière l’ancien maître-autel. Les transmissions électropneumatiques étaient centralisées dans une unité de relais placée dans un bâtiment en briques à l’extérieur de l’abside. La console mobile à quatre claviers et pédalier se trouvait dans le chœur. Sa disposition ’’à la française’’ plaçait le Grand-orgue au 1er clavier. Les terribles inondations de 1966 ont détruit le local technique et la console mobile et ont endommagé la division de Chœur expressif. La maison TAMBURINI a reconstruit la console mobile et les transmissions et a restauré la division de Chœur. En 2009 et 2010, la maison MASCIONI d’Azzio (Lombardie) a effectué une restauration majeure de l’instrument et a reconstruit les transmissions en électriques avec une gestion numérique. La console a été remise à niveau. Le Grand-orgue est joué maintenant sur le 2ème clavier. En 2014, la maison MASCIONI a restauré la division de Chœur expressif.
Ovidiu Cojan Improvisation
Marco Lo Muscio Concert 2016
Buffet sud (1931). Grand-orgue Buffet sud (1931). Grand-orgue Buffet sud (1931). Grand-orgue Buffet nord (1575). Récit et Positif. Buffet nord (1575). Récit et Positif.