Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 06/06/2009       modifiée le 15/09/2012   L’orgue Mooser (1856) de la Cathédrale - Basilique d’Esztergom (Hongrie) Orgues en France et dans le monde. Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Pays : Hongrie Province :  Transdanubie centrale Ville : Esztergom Local : Bazilika - Cathédrale Facteur : Mooser Année : 1856 Voir la traduction des jeux allemands : István BAROTI ŕ sa console. La cathédrale de la Vierge Marie et de St Adalbert est un édifice monumental, la plus grande église de Hongrie et également le siège du Primat de Hongrie. Elle fut construite de 1822 à 1856, sur les ruines des anciennes églises de la ville. La première cathédrale fut construite à cet emplacement en 1010 puis détruite par un incendie à la fin du 12è siècle. La coupole de 72m de hauteur culmine à 100 m au dessus de la crypte. La nef avec ses 118 m de longueur présente un temps de réverbération de 10 à 12 secondes…Seule survivante du passé, la chapelle Bachocz, construite en 1506, a été démontée et déplacée de 20m pour être rattachée au nouvel édifice. L'orgue a été achevé pour la consécration de la basilique en août 1856. Il est l'œuvre de Ludwig MOOSER de Salzbourg. C'était le plus grand instrument de Hongrie avec 49 jeux sur trois claviers et pédalier. MOOSER construira 8 ans plus tard un instrument similaire de 54 jeux à la basilique d’Eger. L’instrument d’Esztergom possédait déjà une division de récit expressif équipé de volets tournants horizontaux et un sommier à cônes (avec une transmission mécanique). Pour l'inauguration de 1856, Franz LIZST composa et exécuta sa "Graner Messe" (Esztergomi miséje), en présence de l’empereur Franz József. L'orgue a correctement fonctionné pendant des décennies, si l’on excepte la dureté des claviers et une alimentation en vent insuffisante, comme à Eger. Par contre depuis la 1ère  guerre mondiale, son état s'est dégradé. Les tuyaux de façade réquisitionnés ont été remplacés par des tuyaux en zinc en 1924 par Jozef ANGSTER. L’orgue a été endommagé pendant la seconde guerre mondiale, notamment le buffet et la mécanique. En 1947, un orgue « provisoire » fut construit à côté du grand buffet par Ottó RIEGER avec deux claviers et transmission pneumatique. A cette occasion la traction mécanique et la console du grand-orgue furent détruites…Certains jeux de MOOSER furent réutilisés, certains modifiés ou fondus, d’autres disparurent totalement. Cette situation provisoire durera 30 ans… Sous l'impulsion de l'organiste de la Basilique, István BAROTI, un projet très important de restauration et d'élargissement de l'instrument a vu le jour à partir des années 1970. István BAROTI aidé de bénévoles a commencé à inventorier et restaurer les jeux encore présents de MOOSER. En 1978 et 1979 les facteurs Gyula VAGI et János FARKAS de Budapest commencèrent la reconstruction de l’instrument. A la fin des années 1980, l’orgue de RIEGER fut démantelé mais la reconstruction du grand-orgue n’avançait que fort lentement. En 1999, seuls 39 jeux étaient achevés sur les 147 prévus dans le projet monumental De 2002 à 2003, l'instrument a été agrandi de 27 nouveaux jeux par le facteur VAGI de Budapest. Fin 2006, 85 jeux parlaient et aujourd’hui on en serait à 89, grâce à la persévérance extraordinaire de Mr BAROTI. L’achèvement reste encore un rêve, mais n’est-ce pas le rêve qui fait avancer l’être humain. Il faut noter qu’outre les tuyaux de MOOSER récupérés et restaurés, le nouvel instrument intègre des jeux remarquables de diverse provenance, d’ANGSTER, de WALKER ou de LAUKHUFF. Autres caractéristiques : 146 jeux (90 en 2012) - 5 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission électromécanique des claviers Traction électrique des jeux Accouplements : I/II - III/II - IV/II - IV/II - V/II - II Sup/II - IV Sup/II - V Sup/II Accouplements : III/I - IV/I - V/I - I/III - IV/III - V/III - V/IV - V Sup/IV Tirasses : I/P - II/P - II/P - IV/P - IV Sup/P - V/P Tremblants : I - III - IV -V Combinateur Setzer 10,000 combinaisons Projet de la composition de l’orgue au terme du projet. En jaune, les 80 jeux présents en 2006. István BAROTI István BAROTI Concert de charité Présente l’orgue (1) Présente l’orgue (2) en 2011 Rien van Binnendijk Olivier Latry  János Pálúr  joue Veni Creator Spiritus en 1996 Scherzo d’E. Gigout
Orgona Magyarország