Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 09/09/2019 L’orgue Echevarría (1712) de l'église Saint Eutrope de El Espinar (Espagne).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Espagne Région :  Castille-et-León Ville : El Espinar Local : Iglesia San Eutropio Facteur : Echevarría Année : 1712
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
La première église romane fut construite à cet emplacement au 13ème siècle. Elle fut détruite par un incendie en 1542. Il reste de cet édifice la tour et le mur occidental de la nef. L'église a été reconstruite dans le style gothique-renaissance de 1565 à 1593. Les travaux furent complétés au 17ème et 18ème siècle, avec la construction de la sacristie, du portail sud et des petites chapelles latérales, dans le style baroque. L’édifice se présente sous la forme d’une croix latine, avec une grande nef unique voûtée et bordée de chapelles latérales, un transept et une abside à trois pans. Le magnifique retable du maître-autel a été réalisé en 1565 par Francisco Giralte. Pendant la Semaine Sainte et pendant les fêtes de la Vierge au mois d’août, ce retable est recouvert par une grande toile de chanvre, un « sergé » peint à la gouache en 1578, de 15 mètres de haut sur 5 mètres de large. On peut aussi admirer la chaire de style plateresque en bois sculpté du 17ème siècle, récemment restaurée, un Christ en ivoire du 15ème siècle, des sculptures de Francisco Giralte, de Juan de Avalos et de Florentino Trapero, ainsi qu'une collection de petits meubles en bois, appelés "bargueños" du 16ème siècle. Au cours du 20ème siècle, plusieurs travaux d'entretien ont été réalisés, tels que la reconstruction de la flèche de la tour-clocher en 1945, la reconstruction du portail baroque en 1953 et la restauration du maître-autel en 1990. Entre 1709 et 1712, l’orgue a été réalisée par Pedro de Liborna ECHEVARRÍA, facteur d'orgue originaire de Gipuzkoa (Pays Basque espagnol), à qui l’on doit le grand orgue côté épitre de la cathédrale de Ségovie (Espagne). Il était placé en tribune au fond de la nef. Le buffet d'orgue très ouvragé a été construit par Pedro Cavaria, maître-ébéniste de Ségovie. On peut penser que par ses dimensions il était conçu pour en faire un grand 16 pieds. Un premier relevage est assuré en 1727 par Francisco ORTEGA PÉREZ, facteur installé à Marugan, près de Ségovie. Un second relevage est opéré en 1751 par Manuel SEGURA. En 1760, Juan de INÉS y ORTEGA, fils de Francisco ORTEGA PÉREZ (Marugan), procède à plusieurs réparations. En 1947, l’orgue subit d’importants travaux, sous l’impulsion de Ricardo DELGADO, de la Direction Générale des Régions Dévastées : l’orgue est démonté et transféré dans le transept nord, posé au sol. Les sommiers et la mécanique d’origine sont démantelés. De nouveaux sommiers à cônes sont réalisés avec des relais pneumatiques reliés mécaniquement à une console neuve détachée. La Flûte 8' de la façade est remplacée par une Flûte en zinc, la basse de Trompette 8’ subit le même sort. En 1949, l'organiste Jesus Guridi procède à l’inauguration de l’orgue. En 2000, l'instrument est entièrement restauré par le facteur Joaquin LOIS de Tordesillas (Valladolid). Les sommiers et la mécanique sont reconstruits au modèle de la facture ECHEVARRÍA, la soufflerie est reconstruite avec deux soufflets cunéiformes. Les tuyaux de 1949 (Flûte 8’, basse de Trompette) sont reconstruits au modèle ECHEVARRÍA et toute la tuyauterie d’origine, heureusement conservée dans sa grande majorité, est entièrement restaurée. L’instrument est harmonisé à basse pression, au ton de 415 Hz, avec un tempérament mésotonique. Le buffet a également été restauré et la console en fenêtre reconstruite avec un clavier en os et ébène. L’instrument a retrouvé son emplacement original dans la tribune en fond de nef. La présence d’un matériel sonore original important et la qualité de la restauration de Joaquin LOIS donnent à cet instrument une valeur historique tout à fait remarquable. Merci à Jean-Alain Ripoche pour sa communication.
Autres caractéristiques : 14 jeux - 1 clavier manuel et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Clavier divisé à c'/c#' Appels par pédale : Cornets - Clarins Tambours (Ré/La) Diapason : La = 415 Hz - Tempérament mésotonique
Photo : Joquin Lois