Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 07/04/2014 L’orgue Silbermann (1726) de l’église paroissiale de Dittersbach (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Dittersbach (Dürrröhrsdorf) Local : Dorfkirche Eglise paroissiale Facteur : Silbermann G. Année : 1726 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. La première église à cet emplacement était présente en 1346. En 1660, l’église et le presbytère furent détruits par un incendie. Les deux bâtiments furent reconstruits dans leur apparence actuelle en 1661 et 1662. Le clocher ne fut reconstruit qu’en 1722, en même temps que la nef était agrandie et la tribune d’orgue construite. Plusieurs phases de restauration de l’église, tant l’intérieur que l’extérieur, ont été menées depuis 1953. On sait que l’ancienne église possédait un orgue qui fut détruit en 1660. En 1726, le châtelain Hans Christian KIESEWETTER passa commande d’un orgue neuf au facteur Gottfried SILBERMANN de Freiberg. L’instrument fut construit en six mois et réceptionné en octobre 1726 par l’organiste de Dresde, Christian PETZOLD. Curieusement, c’est le seul instrument du célèbre facteur dont le buffet n’a pas été peint et doré et est resté dans la couleur bois naturel (buffet en épicéa et ornements en tilleul). Il s’agit d’un instrument de 14 jeux sur un clavier manuel et pédale indépendante. L’accord était au « chorton » (467 Hz)  avec un tempérament inégal. En 1772, le facteur Johann Christian PFÜTZNER de Pulsnitz a réalisé des travaux d’entretien et de réparation. En 1839, un relevage est effectué par Christian Gottfried HERBRIG de Stolpen (Saxe, près de Dresde). En 1893, un nouveau relevage est réalisé par le facteur Eduard BERGER de Dresde. Il révise la mécanique ainsi que les tuyaux du Posaune 16’. Par décalage de la tuyauterie, il abaisse l’intonation d’un demi-ton (au « kammerton » – 440 Hz). En 1926, Hermann EULE de Bautzen (Saxe), transforme la Tierce en un dessus d’Aéoline 8’. En 1949, EULE effectue un relevage et remplace le pédalier. En 1952, EULE reconstruit la Tierce et prolonge le jeu d’Aéoline. En 1980 et 1981, la maison EULE effectue une restauration majeure de l’orgue dans son état original. L’Aéoline et la Tierce de 1952 sont supprimées. La mécanique, les sommiers, les soufflets, les claviers et le pédalier sont restaurés. Un ventilateur électrique neuf est couplé au soufflet inférieur. La tuyauterie est restaurée. A noter qu’à l’exception du 1er Do (C) de la Tierce et du deuxième rang de la Mixture, l’intégralité de la tuyauterie est d’origine…L’harmonisation est rétablie au « chorton » de 467 Hz mais un clavier de transposition est construit, pour permettre l’accompagnement d’autres instruments d’orchestre. En 2006, EULE a restauré les anches du Posaune 16’. Cet instrument parfaitement conservé et quasiment dans son état original, est un témoin de plus de la qualité de construction et de la qualité sonore exceptionnelles des œuvres de Gottfried SILBERMANN. Autres caractéristiques : 14 jeux - 1 clavier manuel de 48 notes et pédalier 24 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Tirasse permanente par soupapes Diapason : La = 467 Hz - Tempérament égal Voir la page des orgues de G. Silbermann