Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 27/03/2014 L’orgue Silbermann (1732) de l’église de Crostau (D). Orgues en France et dans le monde. Pays : Allemagne Région :  Saxe Ville : Crostau (Schirgiswalde-Kirschau) Local : Kirche Eglise Facteur : Silbermann G. Année : 1732 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Grand-orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Paris Voir la traduction des jeux d'orgue allemands. A l’emplacement de cette église s’élevait une chapelle, qui fut agrandie à la fin du 16ème siècle. Toutefois le mauvais état du bâtiment entraina la reconstruction complète de l’église dans sa forme actuelle en 1868 et 1869. L’ancienne église possédait à la fin du 17ème siècle un positif. En 1732, le célèbre facteur Gottfried SILBERMANN de Freiberg a construit l’orgue que l’on admire encore aujourd’hui. C’était un instrument de 20 jeux sur deux claviers et pédalier. Cette construction a été financée par le châtelain de Crostau, Christian Heinrich von Watzdorf, chambellan de l’électeur de Saxe. Alors que les instruments de SILBERMANN avaient une étendue de 48 notes (CD-c3), on trouve ici une étendue de 50 notes (CD-d3) aux claviers manuels. En 1795, 38 tuyaux d’étain furent volés… et remplacés en 1808 par des tuyaux en bois par Christian HERBRIG de Taubenheim/Spree (Saxe). En 1835, une tirasse du grand-orgue a été ajoutée. En 1860 et 1861, le facteur Car Eduard SCHUBERT d’Adorf/Vogtland (Saxe) a effectué d’importants travaux de restauration, sans modification. Le délabrement de l’édifice avait en effet entrainé des dommages à l’instrument. En 1868, à l’occasion de la reconstruction de l’église, l’orgue fut démonté et stocké au château. Des projets de remplacement du vieil instrument par un orgue neuf furent alors étudiés. Par bonheur, faute de financements suffisants, son remontage fut effectué en mai 1870 par Carl Eduard SCHUBERT. Le buffet fut recouvert d’une peinture à l’huile blanche. En 1912, le facteur Johannes JAHN de Dresde a effectué un relevage et en 1914 ce même facteur a supprimé la Quinte 1 ½’ du Positif et ajouté une Aéoline 8’. En 1933, Hermann EULE de Bautzen (Saxe) a restauré l’instrument et a abaissé le diapason à 440 Hz par décalage de la traction. L’Aéoline de 1914 a été remplacée par une Flûte douce 8’ et une Quinte 1 ½’ neuve construite à son emplacement original. EULE a installé un réservoir d’alimentation avec un ventilateur électrique et a remplacé le tremblant. En 1963, la maison EULE a effectué une nouvelle restauration. La Flûte Douce de 1933 a été supprimée. Le buffet a été repeint après enlèvement de la couche à l’huile de 1870. En 1981 et 1982, pour les 250 ans de l’orgue, la maison EULE a effectué une importante restauration. L’état original a été pratiquement rétabli. La Quinte 1 ½’ du Positif a été reconstruite au modèle de SILBERMANN. Le diapason 440 Hz n’a pas été modifié mais l’orgue a été harmonisé avec un tempérament légèrement inégal du type Reinhardt 1723. Le buffet a été minutieusement repeint et redoré. Un nouveau ventilateur a été placé et les soufflets cunéiformes (écartés en 1933) réutilisés. Cette petite église de village a donc conservé l’immense privilège de posséder un orgue historique de très grande valeur, qui attire les organistes du monde entier. Des fonds sont actuellement récoltés pour permettre de nouveaux travaux. Voir le site (en allemand) de l’église et de la Fondation : http://www.silbermannorgel-crostau.de/ Autres caractéristiques : 20 jeux - 2 claviers manuels de 50 notes et pédalier 24 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Tirasse : I/P (1835) Jeu de clochettes Tremblant Voir la page des orgues de G. Silbermann