Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 16/08/2016 L’orgue Daublaine & Callinet (1839) de l’église St Michel de Cordes-sur-Ciel (81).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Midi-Pyrénées Départ. : Tarn Ville : Cordes-sur-Ciel Local : Eglise Saint-Michel Facteur : Daublaine & Callinet Année : 1839
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
L’église St Michel domine cette magnifique bastide médiévale, étape du chemin de Compostelle. L’église a été construite en grès et en schiste entre 1263 et 1281, dans le style gothique méridional. Le clocher a été érigé entre 1369 et 1374. La nef et son pavage ont été remaniés dans la seconde moitié du 15ème siècle, entre 1455 et 1485. De cette époque date la magnifique rosace, l’une des plus grandes et des plus fines de la région albigeoise. La toiture est incendiée par les huguenots en 1568, puis reconstruite. Le retable et le tableau du chœur datent de 1684. Au 19ème siècle la voûte et les chapelles ont été repeintes et la rosace restaurée en 1848 par Thibault de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). L’orgue en tribune sur le côté nord de la nef, au-dessus de la chapelle St Joseph, est particulièrement intéressant. Il a été construit en 1839 par la maison DAUBLAINE & CALLINET de Paris pour la cathédrale Notre-Dame de Paris pour servir d’orgue d’accompagnement de la maîtrise. Il avait dix jeux sur deux claviers et était accordé au ton de 400 Hz. Jugé insuffisant pour cette fonction, il fut vendu à la paroisse de Cordes en 1841 et transféré en 1842. Dans les années 1870, le ton fut rehaussé à 435 Hz par entaille des jeux de fonds et recoupe des anches. En 1972, le facteur Patrice BELLET de St Créac (Gers) a effectué une première restauration, avec les conseils de Xavier Darasse. Il ajoute une division de pédale de 30 notes doté d’un Bourdon 16’. Il ressoude les entailles et décale la tuyauterie de 2 tons pour atteindre les 440 Hz du ton moderne. En 1977, l’instrument est classé aux Monuments Historiques pour sa partie instrumentale. En 1991, Patrice BELLET effectue une deuxième restauration. La tuyauterie retrouve sa disposition et son ton d’origine à 400 Hz. Les tuyaux d’anches et le Bourdon 16’ sont rallongés.
Autres caractéristiques : 11 jeux - 2 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I Tirasse : I/P Diapason : La = 400 Hz