Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 27/11/2007 Mise à jour le 25/04/2017 Grand-orgue Merklin (1877) de la cathédrale Notre-Dame de Clermont-Ferrand (63).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Auvergne Départ. : Puy-de-Dôme Ville : Clermont-Ferrand Local : Cathédrale Notre-Dame Facteur : Merklin Année : 1877
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France région Retour France région
Une première cathédrale fut construite au 5ème siècle par l’évêque Namatius. Saccagée par Pépin le Bref en 760, elle fut aussitôt reconstruite. A nouveau détruite par les normands en 915, une nouvelle cathédrale romane fut érigée par l’évêque Etienne II et consacrée à la Vierge en 946. L’actuel édifice gothique a été construit à partir de 1248 par l’évêque Hugues de la Tour. La façade de style roman sera achevée vers 1350. La couleur noire de la cathédrale est due à l’utilisation de la pierre de Volvic, très résistante, et qui a permis l’élévation des colonnes très effilées qui supportent la voûte. La façade actuelle avec ses deux flèches gothiques a été reconstruite au 19ème siècle entre 1866 et 1873, permettant de rallonger la nef de deux travées et de construire une nouvelle tribune d’orgue. On sait que la cathédrale possédait un orgue dès le 15ème siècle, sans toutefois en connaitre les caractéristiques. En 1673, un nouvel instrument est placé en tribune au-dessus de la porte sud, puis déplacé dans la chapelle St Michel. Il possède 29 jeux sur deux claviers et pédalier. Il est par la suite agrandi de 5 jeux avec l’ajout d’un troisième clavier d’Echo. C’est cet instrument qui aura pour organiste entre 1702 et 1706 puis entre 1715 et 1722, le célèbre compositeur Jean-Philippe RAMEAU. En 1754, l’orgue fait l’objet d’une reconstruction par le facteur Jean-François LEPINE (ou PICARD L’EPINE) de Toulouse avec l’aide de André-Guillain DUPONT. L’instrument possède alors 41 jeux sur trois claviers manuels et pédalier. De 1848 à 1850, le facteur Pierre-Alexandre DUCROQUET de Paris (successeur de DAUBLAINE-CALLINET, construit un grand- orgue neuf de 39 jeux sur trois claviers et pédalier. L’instrument est placé au sol au fond de la nef. L’instrument est placé dans un buffet provisoire en sapin. L’ancien buffet qui devait être restauré sera finalement démantelé. En 1873, les travaux d’agrandissement de la nef et de reconstruction de la façade conduisent au démontage de l’orgue. De 1874 à 1876, la maison Joseph MERKLIN de Lyon (Rhône), construit dans ses ateliers un nouveau grand-orgue avec son très beau buffet néo-classique dessiné par l’architecte de la cathédrale. 20 jeux sont repris de l’ancien instrument, 9 autres sont repris mais transformés et 13 jeux sont neufs. La transmission est pneumatique et l’étendue des claviers est de 54 notes, celle du pédalier de 27 notes. L’instrument est un concentré des techniques modernes (de l’époque). L’orgue est inauguré en mai 1877. En 1912, la soufflerie est électrifiée. En 1935, les facteurs Charles Michel MERKLIN et Carl Théodore KUHN de Lyon apportent de profondes modifications dans le style néo-classique et portent l'étendue des claviers à 56 notes et celle du pédalier à 30 notes. L'instrument est inauguré par Charles Tournemire. En 1962, la maison MERKLIN-KUHN transforme la transmission des claviers et des jeux en électro-pneumatique. En 1979, le facteur par Jean DAVID, de Mogneneins (Ain), effectue un relevage de l'instrument. Le 2 juillet 1979, la partie instrumentale de l'instrument est classée aux Monuments Historiques. De 2004 à 2010, la maison SABY de St UZE (Drôme) le facteur et harmoniste Olaf DALSBAEK de Miribel (Ain) une effectué une restauration majeure de l’orgue MERKLIN dans sa disposition d’origine, sous la supervision du technicien-conseil Roland GALTIER. Les sommiers, la mécanique, la tuyauterie, la soufflerie, le buffet ont été restaurés. Les sommiers de DUCROQUET et de MERKLIN n’étant que de 54 notes, les deux dernières notes des claviers jouent l’octave inférieure. La mécanique du Positif est directe, tandis que les claviers de grand-orgue et de Récit disposent d’une transmission mécanique assistée d’une machine Barker, deux autres Barker étant dédiées à la pédale. Merci à Christophe Lombard pour sa communication.
Autres caractéristiques : 43 jeux- 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : II/I - III/I (8,16') - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Appel G.O Appels des jeux de combinaison : I - II - III - P Forte général
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany