Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 19/11/2007 Mise à jour le 13/06/2016 L’orgue Zeiger (1847) de la cathédrale St François-de- Sales de Chambéry (38).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Rhône-Alpes Départ. : Isère Ville : Chambéry Local : Cathédrale Métropole Facteur : Zeiger / Quoirin Année : 1847 / 2004
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
La construction de la cathédrale remonte à l’édification de la première chapelle conventuelle des franciscains en 1420, consacrée en 1488 et définitivement achevée avec la façade en 1587. Ses fondations reposent sur 30.000 pilotis de mélèze. Les chambériens l’appellent « La Métropole », car elle est construite sur la place Métropole. L’édifice se compose d’une grande nef avec deux bas-côtés, sans transept, avec un chœur semi-circulaire, entouré d’un déambulatoire et de chapelles. La sobriété de l’édifice et notamment de la façade rappelle les origines conventuelles de l’édifice. La cathédrale mise à sac pendant la révolution est restaurée au cours du 19ème siècle. Le peintre turinois Fabrizio Sevesi peint en 1810 un premier trompe-l’œil dans le chœur. Puis en 1834, le peintre d’origine piémontaise, Casimir Vicario, réalise les peintures en trompe-l’œil qui recouvrent les murs et la voûte. La cathédrale possède ainsi le plus grand ensemble de trompe-l’œil en Europe, qui s’étend sur près de 6.000 m2. A noter également une remarquable pyxide (coffret à hosties) en émail champlevé limousin du 13ème siècle et un non moins remarquable diptyque en ivoire du 12ème siècle d'inspiration byzantine. En 1840 et 1847, le grand orgue fut construit par Augustin ZEIGER. Ce facteur d’origine alsacienne avait d’abord été organiste de l’hospice de la Charité à Lyon avant de se lancer dans la facture d’orgues, sans doute grâce à son amitié avec Claude-Ignace CALLINET. L’instrument fut inauguré en 1847 par Augustin ZEIGER lui-même. ZEIGER a construit ici un instrument pré-romantique, s’inspirant fortement de la facture classique. Ses fonds et ses flûtes en bois sont remarquables, de même que le grand plein-jeu. La pédale disposait alors d’un Contrebasson de 32 pieds. La transmission est allégée par une invention de ZIEGER consistant en des leviers démultiplicateurs pour l’attaque des soupapes. Ce système n’aura guère d’avenir… En 1848, ZEIGER ajoute le grand Positif de dos. En 1866, Auguste ZEIGER, le neveu d’Augustin, effectua des travaux et modifia sensiblement la disposition. En 1895, la maison Charles MICHEL-MERKLIN de Lyon restaure l’instrument et lui donne une disposition symphonique. Une machine Barker vient soulager la transmission. En 1960, le facteur Georges DANION, dirigeant des Ets GONZALEZ de Chatillon-sous-Bagneux (Hauts-de-Seine), restaure l’instrument en lui donnant une disposition néo-classique, comme souvent à cette époque. La tuyauterie est coupée au ton moderne et la transmission est électrifiée. En 1967, DANION reconstruit la façade. En 1988, la partie instrumentale de l’orgue, qui possède toujours 90% de la tuyauterie de ZIEGER, est classée aux Monuments Historiques. En 2001, la reconstruction de l’orgue est décidée par le Ministère de la Culture et placée sous la supervision du technicien-conseil Eric BROTTIER. Les travaux sont confiés au facteur Pascal QUOIRIN de Saint-Didier dans le Vaucluse, à qui l’on doit de nombreuses et superbes restaurations. De 2002 à 2004, l’instrument est démonté et entièrement restauré dans sa disposition d’origine. Les tuyaux sont rallongés au ton d’origine (435 Hz) et les sommiers sont restaurés. La façade est reconstruite. De même toute la mécanique et la soufflerie sont refaites à neuf. Le système démultiplicateur est refait, tout en conservant une machine Barker. Pascal QUOIRIN a réalisé à la place du Contrebasson une impressionnante Bombarde de 32 pieds réels, construite dans l’esprit et la facture de ZEIGER. La cathédrale a ainsi recouvré son instrument remarquable tant par ses splendides sonorités que par son originalité.
Autres caractéristiques : 49 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux - Machine Barker Accouplements :  I/II - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Appel Barker – Annulation  G.O Diapason : La = 435 Hz - Tempérament égal
orgue, orgues, orgues à tuyaux, organ, orgel, organo, organy, varhany