Entrez dans le monde magique des orgues. Page créée le 20/01/2011 Mise à jour le 04/01/2015 L’orgue Tribuot (1702) de la Cathédrale St Vincent de Chalon-sur-Saône (71). Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Bourgogne Départ. : Saône-et-Loire Ville : Chalon-Sur-Saône Local : Cathédrale St Vincent Facteur : Tribuot Année : 1702 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition

Agrandir le plan
Carte Cliquer Photos Photo : Jean-Louis Grégis Autres caractéristiques : 47 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II Tirasses : II/P - III/P Photo : E. Seyer Photo : E. Seyer Photo : E. Seyer Photo : E. Seyer Photo : E. Seyer Les origines de cette cathédrale sont très anciennes. Il y avait dès le 5ème siècle une église bâtie sur le site de remparts gallo- romains, à l’emplacement d’un temple antique dont on a découvert des vestiges. La cathédrale fut édifiée à partir de 1090 à 1150 dans le style roman. Il en reste les chapelles à absidioles sud et nord, le rez-de-chaussée du chœur, les bras du transept, les piliers et arcades de la nef ainsi que les deux bas-côtés. De nouveaux chantiers, cette fois dans le style gothique vont s’étaler en quatre phases entre 1220 et 1522. En 1562, l’édifice fut très endommagé par les huguenots. La façade occidentale a été reconstruite au 19ème siècle dans le style néo-gothique, flanquée de ses deux tours carrées symétriques de style gothique flamboyant, hautes de 42m. La cathédrale se compose de trois nefs avec un triforium qui permet de circuler au premier étage dans l’épaisseur des murs. L’évêché de Chalon fut supprimé en 1790 et transféré en 1801 à Autun. Depuis 1853, l’église redevient cathédrale du diocèse d’Autun-Chalon-Mâcon. Elle a été classée aux Monuments historiques en 1903, puis les deux tours en 1991. La cathédrale recèle des pièces de mobilier, de décoration et des fresques très anciennes. Elle a fait l’objet d’une importante campagne de restauration à la fin du 20ème siècle. Cet instrument est l’œuvre de Julien TRIBUOT qui l’a achevé en 1702. TRIBUOT était facteur du Roy et a collaboré avec CLICQUOT notamment à la construction de l’orgue de la Chapelle Royale de Versailles (1708). C’est à ce facteur que l’on doit la réalisation de l’orgue historique de Seurre (21), construit en 1699 pour l’abbaye de Maizières (71). En 1750, Karl Joseph RIEPP de Dijon effectue des travaux. En 1804, François CALLINET de Rouffach (68), successeur de RIEPP et RABINY, effectue un relevage de l’instrument. En 1819, l’orgue est démonté pendant les travaux de rénovation de la Cathédrale. En 1846, le facteur Félix DANJOU, organiste de Notre-Dame de Paris et associé à la maison DAUBLAINE-CALLINET, s’occupe de la reconstruction de l’orgue. La mécanique est revue. Le Positif de dos est vidé et son matériel transféré dans le grand buffet. La disposition est modifiée pour donner à l’instrument un style plus romantique. Cette même année le buffet est classé aux Monuments Historiques. En 1858, le facteur Charles VERSCHNEIDER poursuit la romantisation de l’orgue.. En 1956, un relevage est effectué par la maison MERKLIN-KUHN de Lyon. Le pédalier est étendu à 32 notes. En 1970, le facteur Robert BOISSEAU de Bruxerolles près de Poitiers (86), qui vient de s’associer avec son fils Jean-Loup, effectue une restauration importante de l’orgue. Le Positif de dos retrouve son matériel sonore et de nouveaux jeux néo-classiques sont rajoutés. En 1972, la partie instrumentale la plus ancienne est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques. En 1990, les facteurs Jean DELOYE et Jean-Marc CICCHERO ont effectué des travaux.