Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 25/05/2008      Mise à jour le 02/03/2012    L’orgue Lefebvre (1740) de l’église Notre-Dame de Caudebec-En-Caux (76) Orgues en France et dans le monde. Pays : France Région :  Haute-Normandie Ville : Caudebec-En-Caux (76) Local : Eglise Notre-Dame Facteur : Josseline / Lefebvre Année : 1542 / 1740 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique Disposition
Carte Photos Cliquer Dans cette grande église construite au 15ème siècle, le visiteur peut admirer l’un des plus anciens et remarquables buffets d’orgue de la Renaissance, posé sur une magnifique tribune de marbre blanc. Le buffet principal remonte en effet à l’orgue construit en 1542 par le facteur Antoine JOSSELINE (ou JOUSSELINE) de Rouen et son associé Gilbert COCQUEREL. Il s’agissait vraisemblablement d’un instrument de 12 pieds sur un clavier de 40 notes (F-a3). Une grande partie de ce matériel sonore est encore présente. De 1738 à 1740, le facteur Jean-Baptiste Nicolas LEFEBVRE de Rouen a reconstruit et agrandi l’instrument de façon très importante, le portant à quatre claviers de 48 notes et pédalier de 25 notes. Le Positif de dos date de cette intervention. Sur 10 jeux il comportait 9 jeux de l’ancien orgue. A noter que c’est LEFEBVRE qui construisit le plus grand orgue de France de l’époque, l’orgue de St Martin de Tours (1761), disparu dans l’incendie de 1798. En dehors de cet orgue de Caudebec, il ne reste pratiquement rien de l’œuvre de LEFEBVRE. Entre 1785 et 1789, le facteur Jacques DUBOIS, ancien ouvrier et successeur de LEFEBVRE, a effectué une restauration de l’instrument. En 1832, le facteur Nicolas HENRY de Bordeaux a créé une nouvelle division de Récit expressif, regroupant les jeux du Récit et de l’Echo précédents. Dans les années 1930, Louis-Eugène ROCHESSON de Pontoise a entrepris une restauration mais ses travaux ont été stoppés par la 2ème guerre. Fort heureusement, si le conflit n’a pas épargné la ville, l’église et son orgue n’ont pas eu à souffrir des bombardements. En 1958 et 1959, le facteur Pierre CHÉRON du Mans (Sarthe) a effectué des travaux, reconstruisant la console en fenêtre ainsi que la soufflerie et restaurant les sommiers. Entre 1970 et 1973, la maison HAERPFER-ERMANN de Boulay (Moselle) a entrepris une véritable reconstruction de l’orgue dans sa disposition à quatre claviers. La mécanique, les sommiers, la console et l’alimentation en vent sont reconstruits. La tuyauterie est restaurée et réharmonisée. Entre 2003 et 2006, une nouvelle restauration majeure a été effectuée par la maison italienne de Bartolomeo FORMENTELLI (Vérone), sous la supervision de Jean-Pierre DECAVÈLE, expert. La disposition de 1740 a été rétablie, mais les ajouts de DUBOIS et  d’HENRY ont été préservés. Les buffets ont été restaurés, les sommiers, la mécanique et les soufflets cunéiformes ont été reconstruits suivant la facture du 18ème siècle, la tuyauterie a été de nouveau restaurée et réharmonisée au diapason de l’époque soit 392 Hz. La moitié de cette tuyauterie est d’origine, dont notamment huit jeux d’anches et les Montres 8 et 4’ des façades. L’orgue magnifiquement restauré a été inauguré en octobre 2006. La sonorité de cet orgue lui est tout à fait particulière et remarquable. A noter que le buffet et les tourelles sont surmontés de statues dont deux automates, remis en état de marche en 2006. Autres caractéristiques : 45 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements II/I - III/I Tirasses : I/P - II/P - III/P Diapason : La = 392 Hz - Tempérament égal Michel Alabau Odile Pierre (1970) Improvisation Clérambault - Caprice