Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                           Historique           Photos

Cambrai  (59)

Cathédrale Notre-Dame de Grâce

Schyven, 1897


Composition :

Grand Orgue Positif (expressif) Récit (expressif)  Pédale
       
Montre 16' Bourdon 8' Quintaton 16' Bourdon 32'
Bourdon 16' Montre flutée 8' Diapason 8' Soubasse 16'
Montre 8' Principal 4' Cor de Nuit 8' Flûte 16'
Bourdon 8' Flûte douce 4' Gambe 8' Flûte 8'
Flûte harmonique 8' Nasard 22/3' Voix céleste 8' Violoncelle 8'
Salicional 8' Quarte de nasard 2' Fugara 4' Bourdon 8'
Prestant 4' Tierce 13/5' Flûte ouverte 4' Flûte 4'
Flûte à cheminée 4' Cymbales 3 rgs Doublette 2' Bombarde 16'
Fourniture 4 rgs Cromorne 8' Plein jeu 4 rgs Trompette 8'
Cymbales 2 rgs Trompette 8' Bombarde douce 16' Clairon 4'
Grand Cornet 5 rgs   Trompette 8'  
Bombarde 16'   Basson hautbois 8'  
Trompette 8'   Voix humaine 8'  
Clairon 4'   Clairon 4'  
    Cornet 5 rgs  

Autres caractéristiques :
49 jeux - 3 claviers manuels de 61 notes et pédalier 32 notes
Traction: système électro pneumatique - Combinateur électronique
Accouplements: Pos/ GO - Réc/GO - Réc/Pos -
GO 16 Pos/GO 16 - Réc/GO 4 - Réc/GO 16 Réc 16
Tirasses: Grand Orgue - Positif - Récit 8 - Récit 4
Appels: Anches: Pédale - GO - Positif - Récit Mutations: GO - Positif - Récit
Suppression: GO - Récit - Récit 4
Annulation des 16' - Tutti général
Tremblant au récit

Haut de page


Historique :


Après l'incendie de 1859 qui le détruisit complètement, le grand-orgue de la cathédrale de Cambrai ne fut remplacé qu'en 1897.

Construit par la maison Pierre SCHYVEN d'Ixelles, il comprenait déjà 2408 tuyaux répartis en 38 jeux sur 3 claviers manuels de 56 notes et un pédalier en berceau de 30 notes. Dès le lendemain de l'inauguration, il était qualifié par les connaisseurs de "dernier mot de la facture moderne", en particulier pour la variété de ses jeux de détail ainsi que pour sa puissance, idéalement servie par l'acoustique de la cathédrale.


Avec les nouvelles épreuves de la guerre de 14-18, il fallut songer à une importante restauration : c'est le facteur d'orgue Auguste CONVERS qui en reçut la commande, ainsi que celle du petit orgue de choeur.
Dans la lignée du grand CAVAILLE-COLL, le facteur parisien porta l'instrument actuel à 49 jeux (soit 3670 tuyaux), les 3 claviers passant à 61 notes, et le pédalier à 32 notes. Il y ajouta également un combinateur de 6 combinaisons ajustables.


Le grand orgue actuel fut donc inauguré le 9 juin 1936, par Joseph BONNET, titulaire des grandes orgues de Saint Eustache à Paris.
C'est l'abbé Emile Dartus qui en fut l'heureux titulaire jusqu'en 1986.
Depuis, deux titulaires assurent conjointement la fonction d'organiste de la cathédrale : Dominique Artielle et Dominique Crépin.


Pendant 60 années, l'instrument fit preuve d'une fiabilité remarquable, malgré une activité soutenue.

Une révision générale devenue indispensable fut entreprise en 1996 par le facteur d'orgue Bernard COGEZ, grâce aux efforts conjoints de la Direction Générale des Affaires Culturelles et de la Ville de CAMBRAI.


L'instrument fut conservé à l'identique, la seule modification apportée fut le remplacement du combinateur obsolète par un modèle électronique doté d'une capacité de 14 080 combinaisons.


D'esthétique symphonique de transition néo-classique, le grand orgue de la cathédrale de Cambrai excelle dans le répertoire romantique et moderne, son domaine de prédilection.


Le splendide buffet d'orgue actuel est l'oeuvre d'Aimé-Joseph CARLIER durant la seconde moitié du XVIIIème siècle. Il fut assemblé par l'ébéniste lillois BUISINE, sur les dessins de l'architecte diocésain GUIDASCI. Dans le style Louis XIV, le buffet s'intègre parfaitement dans l'édifice.

Le buffet est construit sur un plan circulaire avec une tourelle centrale et deux tourelles d'angles, supportées par 2 anges en cariatides sonnant de la trompette, et surmontées également par des anges : l'un jouant de la flûte, l'autre dans une attitude méditative. Au sommet de l'imposante tourelle centrale, David, la main gauche tenant une harpe, la main droite étendue, surplombe toute la nef. Les 47 tuyaux de façade ne pèsent pas moins de 840 kg ! Des têtes d'anges, des guirlandes de fleurs agrémentent les panneaux formant lambris de haut en bas. Une très belle coquille sculptée domine la console centrale.
Le plafond en encorbellement est formé de panneaux à angles arrondis avec culots ou pendentifs. Une moulure à courants de feuilles, le relie à la galerie supérieure.
La balustrade : particulièrement ouvragée d'angelots, de guirlandes, et finement ajourée, elle assure l'harmonie de l'ensemble en reliant le retour des parties latérales circulaires à la façade plate. 2 chérubins supportant un écusson couronné au chiffre de Marie constituent le motif central.



Haut de page


Photos :

Cambrai Cathédrale






Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays