Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                             Historique           Photos

Cahors  (46)

Cathédrale St Etienne

Lépine, 1714


Composition :

I. Positif II. Grand-Orgue III. Récit Pédale
       
Bourdon 8' Montre 16' Bourdon 8' Grosse Flûte 16'
Flûte 8' Bourdon 16' Flûte harmonique 8' Flûte basse 8'
Prestant 4' Montre 8' Gambe 8' Flûte 4'
Flûte 4' Bourdon 8' Voix céleste 8' Bombarde 16'
Nazard 2 2/3' Grosse Flûte 8' Flûte octaviante 4' Basson 16'
Doublette 2' Salicional 8' Octavin 2' Trompette 8'
Tierce 1 3/5' Violoncello 8' Basson 16' Clairon 4'
Plein-jeu V Prestant 4' Trompette 8'  
Cromorne 8' Doublette 2' Voix humaine 8'  
  Cornet V Basson-Hautbois 4'  
  Plein-jeu V    
  Bombarde 16'  
  1re Trompette 8'  
  2e Trompette 8'  
  Clairon 4'  

Autres caractéristiques :
41 jeux - 3 claviers de 54 notes et pédalier 30 notes
Traction mécanique des claviers et des jeux
Diapason : la = 435 Hz


Haut de page



Historique :


L’Orgue du XVIIIe siècle

Le Grand Orgue de la Cathédrale de CAHORS fut construit dans les années 1713 et 1714 par le facteur d’orgue Jean-François LEPINE. Nous pouvons encore aujourd’hui admirer son magnifique buffet, réalisé selon le dessin de LEPINE et sculpté dans le noyer de notre région.

L’Orgue du XIXe siècle

En 1860 fut décidé la construction d’un nouvel orgue. L’ancien, en très mauvais état, ne correspondait plus au goût du jour. Jean-Baptiste STOLTZ, facteur Parisien, réalisa un orgue dans le style pré-romantique, tout en réutilisant l’ancien buffet. Pour pouvoir loger l’instrument, celui-ci fut néanmoins élargi et l’arrière de l’orgue prolongé jusqu’au mur de la façade ouest. L’instrument a toujours été considéré comme une des plus belles réalisations du facteur STOLTZ.

De nombreux organistes célèbres sont venus à CAHORS pour jouer sur les Grandes-Orgues de la Cathédrale, notamment : César Franck, Charles-Marie Widor et Louis Vierne.

Durant la guerre 1940/45, le facteur TROSSEILLE a modifié l’instrument selon les principes de son temps : électrification de tout le mécanisme et augmentation du nombre des jeux par la technique des emprunts. La machine " Barker " fut supprimée. Heureusement, la tuyauterie de STOLTZ fut presque toute conservée.

LA RESTAURATION

La restauration des Grandes-Orgues, commencée en 1984, a été réalisée par l’atelier du facteur d’Orgue Gérald GUILLEMIN. Au démontage de l’instrument, des fresques du XIVe siècle furent découvertes sur le mur de la façade ouest. Pour pouvoir les mettre en valeur, on a dû dégager la voûte du narthex. La profondeur de l’orgue a été réduite et un second buffet, réalisé par les Monuments Historiques, a été ajouté à l’arrière de l’instrument. Le buffet de LEPINE a été remis dans son état d’origine.

L’orgue a retrouvé sa composition de 1860, à quatre jeux près. La tuyauterie a été minutieusement restaurée, le mécanisme refait à neuf suivant les principes de STOLTZ. Le diapason est celui du milieu du XIXe siècle : La = 435 Hz.


Haut de page


Photos :

Cahors Cathédrale


   


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays