Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 06/11/2007 Mise à jour le 25/06/2016 L’orgue Joly (1667) de la cathédrale St Etienne de Bourges (18).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Centre Départ. : Cher Ville : Bourges Local : Cathédrale St Etienne Facteur : Joly / Kern Année : 1667 / 1986
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
Cette imposante et magnifique cathédrale a été bâtie au 13ème siècle, à l’emplacement d’une précédente cathédrale romane du début du 11ème siècle. Le plan de l’édifice gothique est simple, avec une nef à deux collatéraux de chaque côté, sans transept. Le chœur semi circulaire est construit sur une église basse, qui pourrait faire penser à une crypte et il est entouré de cinq chapelles. La nef très haute est soutenue par des arcs-boutants au dessin élancé. La cathédrale a été consacrée en 1324, après l’achèvement de la façade occidentale et le renforcement de la tour Sud. Cette façade de 41 m de large avec ses cinq portails est l’une des plus imposantes de France. En 1424, la cathédrale est dotée de son horloge astronomique conçue par le mathématicien Jean Fusoris et construite par André Cassart. La tour nord n’est achevée qu’en 1480 mais elle s’effondre en 1506 et est reconstruite entre 1508 et 1542. En 1862, la cathédrale a été classée aux Monuments Historiques et en 1992 elle a été classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. C’est l’une des plus belles et plus emblématiques cathédrales du pays. Il est fait mention d’un orgue dans la cathédrale dès le début du XVème siècle. En 1488, un nouvel instrument remplace le précédent. En 1506, un petit orgue est installé au portail nord dans une arcature du triforium. Malheureusement, le jour de la Pentecôte 1559, le feu dévaste la charpente des bas côtés et détruit le petit instrument. Entre 1597 et 1599, le facteur Jean JALLON construit un grand orgue sur la magnifique tribune réalisée par le charpentier Jean Pinardeau. C’est la tribune que l’on admire toujours aujourd’hui. A noter les deux supports de tourelles latérales qui auraient dû recevoir des tuyaux de pédale de 32 pieds. En 1609, le facteur Antoine JOLY effectue une réparation importante. En 1613, le facteur Jacques SENOT installe un nouveau sommier de 10 jeux.
En 1663, le chapitre passe commande d’un orgue neuf au facteur parisien Guy JOLY. Le buffet est construit et sculpté par Jacques PERRET. En 1664, au décès de Guy JOLY, c’est le facteur Pierre CAUCHOIS de Paris qui est chargé de terminer l’instrument auquel il propose de rajouter un clavier de Positif. Le nouvel orgue de 44 jeux est achevé en septembre 1667 et est reçu par l’organiste et compositeur parisien Nicolas LEBEGUE.
En 1741, le facteur Nicolas COLAS de Paris effectue un entretien et des réparations. Il ajoute le jeu de Bombarde 16’ de la pédale. Pendant la révolution, le titulaire Jean-Baptiste BALLAND sauve l’orgue en acceptant de jouer pendant les cérémonies civiques. En 1818, le Chapitre fait appel au célèbre facteur parisien Pierre-François DALLERY pour reconstruire  l’instrument. Les travaux seront achevés par Louis-Paul DALLERY, le fils de Pierre-François, en février 1821. L’ensemble de la tuyauterie est restaurée ou reconstruite, les sommiers, la mécanique et la soufflerie sont refaits. En 1825, le facteur Louis CALLINET, ancien compagnon de DALLERY, effectue des réparations suite à des dégâts causés par un ouragan. En 1855, la maison DUCROQUET de Paris fournit un orgue de chœur. De 1858 à 1860, la maison Joseph MERKLIN & SCHÜTZE, successeur de DUCROQUET à Paris depuis 1855, a restauré entièrement l’instrument. Le nombre de jeux a été ramené à 34 avec la suppression du clavier d’Echo de DALLERY et l'ajout d'une machine Barker. Les sommiers ont été reconstruits à double laye. Une nouvelle soufflerie constituée de réservoirs à plis parallèles a été placée entre les deux buffets, impliquant le déplacement de la console sur la paroi latérale du buffet… En 1862, le buffet de PERRET a été classé aux Monuments Historiques. En 1924, Joseph RINCKENBACH d’Ammerschwihr (Haut-Rhin), a effectué d’importants travaux sur l’orgue : modification de la traction mécanique en traction pneumatique tubulaire, ajout de 17 nouveaux jeux pour porter le nombre total à 51. L’ajout de toute cette tuyauterie dans le buffet d’origine ne fut pas sans poser par la suite de nombreux problèmes de fonctionnement. En 1934, le facteur Victor GONZALEZ de Châtillon-sous-Bagneux (Hauts-de-Seine) effectua des travaux de remise en état. Entre 1952 et 1954, le facteur Robert BOISSEAU, alors contremaître de la maison ROETHINGER de Schiltigheim (Bas-Rhin); a restauré l’instrument et ajouté neuf jeux. La traction a été électrifiée. La disposition sonore est modifiée dans le style néo-classique, comme souvent à cette époque. En 1966, le nouveau titulaire André PAGENEL demande à la célèbre organiste Marie-Claire ALAIN son avis sur les travaux à envisager pour restaurer le vénérable instrument. Il est alors décidé de rendre à l’orgue son caractère classique d'origine avec 4 claviers, 50 jeux et une traction mécanique. En mai 1972, la Commission des Monuments Historiques classe la partie instrumentale de l'instrument. En 1985, le contrat de restauration de l’orgue est confié à la maison Alfred KERN & Fils de Strasbourg et celle du buffet à l’entreprise FANCELLI de Paris. Daniel KERN a dirigé entièrement les travaux. Il est revenu à la conception initiale des facteurs JOLY-CAUCHOIS pour le grand orgue et le positif dorsal. Le 3ème clavier de Récit a repris les jeux de DALLERY. Le tiers de la tuyauterie date du XVIIe siècle, le 4ème clavier d’Écho est neuf. Le buffet a été remis à sa couleur d’origine. La console a retrouvé sa position originale en fenêtre centrale. L’orgue superbement restauré a retrouvé tout son éclat, digne du magnifique édifice de St Etienne. Il a été inauguré en mai 1986. En 2006, l’instrument a fait l’objet d’un relevage par le facteur Yves FOSSAERT de Mondreville (Seine-et-Marne).
Autres caractéristiques : 50 jeux - 4 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : II/I - III/I Tirasses: I/P - III/P (8,4') Appel des anches : I - III - P
Composition Joly / Cauchois 1667 Composition Kern - 1986