Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                           Historique            Photos

Boulay  (57)

Eglise paroissiale

Dalstein & Haerpfer, 1893


Composition :

I. Positif  II. Grand-Orgue III. Récit IV. Echo Pédalier
         
Bourdon 8’ Bourdon 16’ Quintaton 16’ Flûte 8’ Principal 16’
Montre 4’ Montre 8’ Petit principal 8’ Cornet V Sousbasse 16’
Flûte à cheminée 4’ Bourdon 8’ Voix céleste 8’ Trompette 8’ Principal 8’
Nazard 2 2/3’ Prestant 4’ Flûte bouchée 8’   Flûte 8’
Quarte 2’ Flûte 4’ Prestant 4’   Principal 4’
Tierce 1 3/5’ Grosse tierce 3 1/5’ Flûte 4’   Flûte 4’
Larigot 1 1/3’ Quinte 2 2/3’ Nazard 2 2/3’   Flûte champêtre 2’
Sifflet 1’ Doublette 2 Doublette 2’   Mixture IV
Fourniture IV Cornet V Tierce 1 3/5’   Bombarde 16’
Cromorne 8’ Fourniture IV Plein-jeu IV   Trompette 8’
Voix humaine 8’ Cymbale IV Cymbale III   Clairon 4’
  Trompette 8’ (1) Basson 16’    
  Trompette 8’ (2) Trompette 8’    
  Clairon 4 Basson-Hautbois 8’    
    Clairon 4’    

Autres caractéristiques :
54 jeux - 4 claviers manuels 56 notes et pédalier 32 notes
Accouplement :II/I en 16, 8, 4
Tirasses : I/P - II/P
1 combinaison libre
2 combinaisons fixes (Tutti sans/avec anches)
Tremblant récit


Haut de page



Historique :



La présence d ‘un orgue au XVIII siècle dans l’église paroissiale de Boulay est attestée par les comptes d’ancien paroissiaux d’Ancien Régime .On ne sait malheureusement rien au sujet de cet instrument ; peut être fut il réparé en 1760 par Romanus Benedikt Nollet . L’instrument fut transféré dans la nouvelle église vers 1782

Il fut envisagé de le remplacer dès le début de 1793 par l’ancien orgue de l’abbaye de Villers-Bettnach. Adjugé à la commune devant le citoyen Brecker , commis au district de Boulay , l’orgue fut transporté à Boulay
C’est le 23 avril 1793 que fut passé un traité avec le facteur Verschneider ,de Puttelange , pour remonter l’instrument dans l’église de Boulay

En 1805 l’orgue fut «démonté et nettoyé» d’après une demande du conseil de fabrique.

D’importants travaux furent réalisés en automne 1827. Ils consistèrent en une réparation générale de l’instrument assortie du changement des soufflets et du clavier. A cette époque la pédale fut placée à l’arrière du buffet et à l’extérieur de celui-ci en contrebas. Dans les années qui suivirent, de menues réparations furent effectuées pas le fils Stef ou l’organiste Becker.

Un facteur d’orgues nommé Derus travailla à l’orgue entre octobre 1847 et juin 1848 mais ces réparations ne suffirent pas à retarder plus longtemps une reconstruction devenue incontournable.

La chute du clocher endommagea gravement l’instrument, qui devint quasiment injouable en octobre 1864. Le conseil de fabrique s’alarma et demanda au facteur Dalstein, de Boulay, de remettre l’instrument en service. Dalstein s’engagea à faire marcher convenablement la mécanique. A partir de cette date 1864, l’orgue fut régulièrement entretenu par les facteurs d’orgues de Boulay.

C’est à partir de juillet 1885 que l’on commença à parler de la construction d’un orgue neuf, Dalstein & Haerpfer ayant présenté un devis de reconstruction totale. En juillet 1887 quelques dons furent recueillis pour la construction d’un nouvel orgue. En janvier 1889 le conseil autorisa le curé à commander à l’architecte Jacquemin les plans et les devis d’un nouveau buffet d’orgue conservant autant que possible les sculptures de l’ancien ; le curé fut aussi chargé de s’entendre avec Dalstein & Haerpfer pour préparer le projet de traité à conclure.

Le nouvel instrument de 38 jeux, chef d’oeuvre (au même titre que l’orgue de l’église Saint Sébastien de Nancy) de la manufacture de Boulay, ne fut installé qu’en 1893. Il s’agit sans doute du tout dernier orgue à traction mécanique construit par Dalstein & Haerpfer.

Frédéric Haerpfer installa une soufflerie électrique en 1925 ,puis posa en 1927, une nouvelle façade de 114 tuyaux. L’orgue fut par la suite régulièrement entretenu, notamment en 1928,1932,1934,1935,1936,et1937.

En 1938 Frédéric Haerpfer effectua un relevage, assorti de la pneumatisation du tirage des jeux et d’une importance modernisation de la console : augmentation de 27 à30 notes de l’étendue du pédalier, installation d’un tirage de jeux par dominos placés en fronton du clavier supérieur, ajout d’une pédale de crescendo et d’une combinaison libre, remplacement de 4 pédales d’appel par 5 boutons manuels de combinaisons fixes.

Démonté pendant la dernière guerre et mis en caisses, l’instrument fut remonté partiellement et à titre provisoire en 1955, avec une console électrique placée latéralement. Mais la reconstruction projetée dès cette époque par Haerpfer & Erman ne fut entreprise qu’en 1975 et achevée en 1981

Le grand orgue de Boulay fut solennellement inauguré par un récital de Gaston Litaize, donné le 18 octobre 1981

Classé Monument Historique comme orgue du XVIII siècle ,cet instrument est en réalité quasiment neuf ; sa conception néoclassique a signifié ,nécessairement , le remplacement d’une exceptionnelle partie instrumentale du XIX siècle qui elle, précisément, aurait mérité d’être protégée au titre des monuments historiques .



Haut de page


Photos :
                         
Boulay Eglise           
        
Boulay Eglise      

Boulay Eglise

Haut de page    Retour France Alpha    Retour Départements    Retour tous pays