Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 07/04/2021 L’orgue Da Prato (1475) de la basilique San Petronio de Bologne (Italie).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : Italie Région : Emilie-Romagne Ville : Bologna Local : Basilica di San Petronio Orgue de l’Epître Facteur : Da Prato Année : 1475
Passion, Découvertes, Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 11 jeux - 1 clavier manuel et pédalier "a leggio" Transmission mécanique des claviers et des jeux Tirasse permanente Appel du Ripieno - 1852 Diapason : La = 465 Hz Tempérament mésotonique
La basilique San Petronio, du nom de l’évêque de Bologne au 5ème siècle et saint patron de la ville, a été érigée à partir de 1390, sur les plans de l’architecte Antonio di Vincenzo et par la seule volonté des bolognais. Le projet initial prévoyait une immense église en forme de croix latine de 183m de long pour 137m de large. Les travaux vont durer près de trois siècles mais l’édifice prévu ne sera jamais achevé. Avec ses 132 m de long, l’église St Pétrone est pourtant la 4ème église d’Italie et également la plus grande église gothique en brique du monde. C’est la dernière grande église de style gothique tardif érigée en Italie. L’édifice se compose d’une nef haute de 45m, avec deux collatéraux bordés de 22 chapelles, et un grand chœur dans une abside terminée par un chevet pentagonal. La nef est séparée des bas-côtés par d’imposants piliers en brique. L’église est orientée du nord vers le sud et sa construction a commencé par la façade nord en 1390 pour s’achever par l’abside en 1663. La décoration intérieure a été achevée par Girolamo Rainaldi entre 1646 et 1658. La façade en brique n’est recouverte de marbre que dans sa partie inférieure. Le portail principal au centre est l’œuvre vers 1425 de Jacopo della Quercia. Le campanile qui se dresse à 65m sur le côté ouest de la nef a été construit entre 1481 et 1495 par Giovanni da Brensa et il abrite toujours quatre cloches du 15ème siècle. A l’intérieur de la nef, il existe depuis 1656 un cadran solaire de Cassini, avec sa ligne méridienne longue de 68m, restauré en 1772 par Eustachio Manfredi. L’église qui était la propriété de la ville n’a été transférée au diocèse qu’en 1929 et a été consacrée en 1954. A noter que l’empereur Charles Quint fut couronné dans la basilique en 1530 par le pape Clément VII. Enfin la basilique possède une «Chapelle Musicale» fondée en 1436 par le pape Eugène IV, et qui a été pendant des siècles l’un des principaux centres de musique sacrée en Italie. La basilique possède deux orgues historiques remarquables qui se font face dans le chœur. Ces instruments nous sont parvenus avec leur matériel original, ce qui leur confère une valeur exceptionnelle. L’instrument objet de cette page est le plus ancien, situé du côté épître (droit). Il a été construit entre 1471 et 1475 par le facteur toscan Lorenzo Da PRATO. C’est l’un des tout premiers instruments connus avec des jeux indépendants. Le buffet de cet orgue ne nous est pas parvenu, à l’exception des volets peints par Ami Aspertini en 1531 et aujourd’hui placés près de la porte du Musée de la basilique. L’instrument a été restauré et légèrement modifié en 1531 par le facteur Giovanni-Battista FACHETTI de Brescia. En 1563, le facteur Giovanni CIPRI de Bologne a effectué une restauration et a ajouté une Flûte en XII (Nasard). Le buffet baroque qui l’enferme a été réalisé en 1674 et 1675 par Giovanni-Battista Barberini avec des sculptures de Paolo Griffoni. On ne sait quasiment rien des interventions ultérieures, sinon que compte tenu de l’importance de la musique dans la basilique au cours des siècles, l’orgue a été de toute évidence régulièrement entretenu. En 1852, un appel du Ripieno a été ajouté par le facteur Alessio VERATI de Bologne. Entre 1974 et 1982, la manufacture Giovanni TAMBURINI de Crema (Crémone – Italie) a réalisé une magnifique restauration historique de l’orgue, en conservant les apports de 1563 et 1852. Cet instrument comprend onze jeux sur un clavier manuel et un pédalier en tirasse permanente. La façade avant et la façade arrière possèdent 51 tuyaux disposés en sept plate-faces, le Principal 16’ sur la façade avant et le Principal 8’ sur la façade arrière. Les travées intermédiaires supérieures de 17 tuyaux sont « moines » et disposées à l’inverse des travées inférieures, avec un tuyau central torsadé. La console en fenêtre dispose d’un clavier de 54 touches, avec une première octave semi-courte et 3 feintes brisées (1). Les touches chromatiques sont recouvertes d’ébène. Les tirants de jeux sont disposés à la droite du clavier. Les tirants s’actionnent verticalement avec un arrêt en bas. Le pédalier « a leggio », en tirasse permanente, a été reconstruit par TAMBURINI. Il comprend 20 marches sans les deux premiers dièzes. La soufflerie comprend quatre soufflets cunéiformes. Leur fonctionnement manuel avec poulies et cordes a été restauré par TAMBURINI. Il y a également un ventilateur électrique. La qualité sonore de cet instrument, vieux de près de 550 ans, est absolument remarquable, comme en témoignent les enregistrements récents. (1) : Feinte brisée : touche chromatique divisée en deux pour différencier le dièze inférieur du bémol supérieur. Ici : Lab 2, 3 et 4. Cette subdivision répond aux particularités du tempérament mésotonique.
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche… La nef vue du choeur L'orgue Da Prato à droite L'orgue Da Prato à droite Orgue Da Prato - Façade arrière On voit les trois feintes brisées (La2, La3,La4)
Liuwe Tamminga Concerto
Liuwe Tamminga Frescobaldi : Aria detta Balletto
Giacomo Antonio Perti, Credo Chœur, orchestre et orgue
Liuwe Tamminga Ricercar de Conforti (16è)
L.F Tagliavini et L. Tamminga Concert à deux orgues
Luca Scandali In Memoriam de L.F Tagliavini