Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 11/04/2012     L’orgue Robustelly (1775) de l’église St Hilaire de Bierbeek (Belgique) Orgues en France et dans le monde. Pays : Belgique Province :  Brabant Flamand Ville : Bierbeek Local : St Hilariuskerk Facteur : Robustelly Année : 1775 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Autres caractéristiques : 22 jeux - 2 claviers manuels de 50 notes et pédalier 26 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplement : II/I à tiroir Tirasse I/P permanente Tremblant Diapason : La = 404 Hz Tempérament Rameau 3 tierces pures Cette église est l’une des plus anciennes églises romanes de Flandre. Sa construction remonte à la deuxième moitié du 12ème siècle. De cette époque datent la base du clocher, la nef et le chœur. Au milieu du 18ème, l’église a été restaurée, le grand portail date de cette époque ainsi que la tribune. A priori il n’y avait jamais eu d’orgue. En 1774, le conseil de la paroisse signa un contrat avec le facteur Guillaume ROBUSTELLY de Liège pour un instrument de deux claviers sur une base de 4’. Sur les conseils du facteur Van den GHEYN, le contrat fut modifié pour un instrument de 8’. ROBUSTELLY construisit en dix-huit mois cet orgue d’excellente qualité, utilisant les meilleurs matériaux que ce soit pour le buffet, la console ou le matériel sonore. En 1838, la maison Van PETEGHEM de Gand a remplacé la Voix Humaine 8’ du grand-orgue par une Basse de Clairon 4’ et un Dessus de Hautbois 8’. Vers 1860, le facteur Charles RIFFLART remplace les claviers et ajoute un pédalier en tirasse. De cette date jusqu’en 1911, les archives de la paroisse démontrent que l’orgue fut très régulièrement entretenu. Après les registres sont moins précis, mais l’état de l’orgue à sa restauration de 2006 laisse à penser qu’il ne fut jamais délaissé. En 1932, Jean-Baptiste D’HONDT de Herselt a placé une soufflerie électrique. En 1966, la maison PELS-D’HONDT a remplacé les soufflets par un réservoir d’air. Dès 1996, le projet de restauration fut lancé. Mais il faudra attendre 2006 pour que les travaux confiés à la Manufacture THOMAS de Ster-Francorchamps puissent démarrer, sous la supervision de Jef BRAECKMANS. L’étude de l’instrument a montré que des modifications ont été apportées au fil du temps à la disposition, mais avec une grande partie du matériel sonore original : c’est ainsi qu’au grand-orgue, une Flûte 4’ remplaçait le Nazard, une Viole de Gambe la Tierce et un dessus de Bourdon 16’ la Sesquialtera. Au Positif il y avait un Salicional à la place du Nazard, une Dessus de Flûte 4’ au lieu de la Doublette 2’ et une Voix Céleste au lieu de la Tierce. A noter que les sommiers et la mécanique sont d’origine. En 2007, l’instrument a été entièrement démonté. Le buffet a été restauré, le matériel sonore a été également entièrement restauré dans sa disposition originale, tout en conservant le Clairon/Hautbois de 1838. Les tuyaux qui ont du être reconstruits l’ont été dans le respect de la facture de ROBUSTELLY. L’intonation et le tempérament d’origine ont été rétablis. Les claviers ont été reconstruits avec leur étendue originale. La soufflerie a été reconstruite avec trois soufflets cunéiformes. Cette très belle restauration a été achevée en 2009, avec le concert inaugural en octobre 2009.