Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 30/10/2016 Le grand-orgue Merklin-Schütze (1865) de l’église Notre-Dame de Bergerac (24).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Aquitaine Départ. : Dordogne Ville : Bergerac Local : Eglise Notre-Dame Facteur : Merklin-Schütze / Dunand Année : 1865 / 1978
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
Cette grande église, située au cœur de la ville, a été bâtie entre 1854 et 1865 par l’architecte Paul Abadie. L’édifice est de style néo-gothique, en forme de croix latine. La nef haute de 20 m est entourée de deux bas-côtés étroits. Le transept large de près de 40m précède un chœur de deux travées entouré d’un déambulatoire et terminé par une abside semi-circulaire. La façade occidentale est surmontée d’un élégant clocher en pierre qui culmine à 80m de hauteur. L’une des chapelles de l’abside est dédiée à Ste Catherine, comme l’était une très ancienne église dont les fondations furent découvertes lors de l’édification de la nouvelle église. L’église a été classée aux Monuments Historiques en 2002.
Autres caractéristiques : 29 jeux - 2 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et électromécanique des jeux Accouplement : II/I Tirasses : I/P - II/P Appel des anches : I - II - P
Le grand-orgue situé en tribune au fond de la nef, a été construit en 1865 par la maison MERKLIN-SCHÜTZE de Lyon. C’était un instrument symphonique d’excellente facture, qui valut un prix à la maison MERKLIN-SCHÜTZE lors de l’exposition universelle de 1867 à Paris et la légion d’honneur à Joseph MERKLIN. L’instrument comptait alors 25 jeux sur deux claviers et pédalier, avec une transmission mécanique et machine Barker. L’instrument fut vendu à la nouvelle église Notre-Dame et installé en 1867.
En 1978, l’orgue a été restauré et radicalement transformé par Jean DUNAND de Lyon. Certains jeux ont été soit modifiés soit remplacés pour convertir l’esthétique romantique en esthétique néo-classique. Quelque soit la qualité incontestable du travail de DUNAND, on pourrait difficilement imaginer aujourd’hui une pareille restauration qui aboutit à la dénaturation totale de l’instrument d’origine.
La composition Merklin de 1865 Composition Dunand 1978