Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 01/07/2019 L’orgue Waltrin (1752) de la cathédrale Saint-Christophe de Belfort (90).
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Bourgogne-Franche-Comté Départ. : Territoire-de-Belfort Ville : Belfort Local : Cathédrale St Christophe Facteur : Waltrin / Schwenkedel Année : 1752 / 1971
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Photos
Autres caractéristiques : 52 jeux - 4 claviers manuels et pédalier Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II Tirasses : I/P - II/P - III/P Diapason : La = 440 Hz - Tempérament égal
La cathédrale de Belfort a été construite en tant qu’église abbatiale entre 1727 et 1750, sur les plans de l’architecte Mareschal, ingénieur du roi. La construction ne sera véritablement terminée qu’avec l’achèvement de la tour sud en 1845. L’édifice construit en grès rose du pays est en forme de croix latine, se composant d’une nef et de deux bas- côtés séparés par des piliers rectangulaires, d’un transept saillant et d’une abside terminée par un chevet semi-circulaire. L’intérieur renferme un riche patrimoine mobilier, dont des statues d’Antoine Cupillard et des tableaux de Gustave Dauphin. L’église a été classée aux Monuments Historiques en 1930. Elle fut élevée au rang de basilique en 1952 avant de devenir la cathédrale du nouveau diocèse de Belfort-Montbéliard en 1979. C’est la plus jeune cathédrale française. L’orgue monumental qui orne le fond de la nef a été construit entre 1749 et 1752 par Jean-Baptiste WALTRIN, fils de Joseph WALTRIN, établi à Ensisheim (Haut-Rhin) puis à St Ursanne (Jura-Suisse). L’instrument comptait trente jeux sur trois claviers et pédalier. En 1816, François CALLINET de Rouffach (Haut-Rhin) restaure l’instrument. Il augmente l’étendue des claviers et avance le buffet. En 1848, Joseph CALLINET, successeur de son père François, effectue une grande restauration de l’orgue. Le grand buffet est augmenté de deux plate-faces et des deux tourelles latérales et est placé sur une tribune surélevée. Le Positif conserve sa position originale et une division de Récit est implantée au-dessus du Grand-orgue. La disposition nouvelle accueille des jeux romantiques mais CALLINET conserve une grande partie de la tuyauterie de WALTRIN. Pendant la guerre de 1870 et le siège de Belfort, la cathédrale et l’orgue eurent à souffrir des bombardements. Claude-Ignace CALLINET effectue les réparations et romantise encore un peu plus la disposition sonore. Dans la première moitié du 20ème siècle, l’instrument est peu ou mal entretenu. En 1966, la chute d’un mur lors d’une tempête cause de très gros dégâts à l’orgue. C’est la maison de Curt SCHWENKEDEL de Strasbourg (Bas-Rhin) qui restaure entièrement l’instrument, sous les conseils de Michel Chapuis. Cette reconstruction préserve les jeux historiques encore présents à près de 70% et redonne à l’orgue sa couleur sonore originale. En mai 1971, l’orgue qui comporte alors 52 jeux sur quatre claviers et pédalier est inauguré par un récital de Michel Chapuis. En 2012, un relevage complet de l’orgue a été effectué par le facteur Peter MEIER de Rheinfelden (Suisse), Marco VENEGONI pour le nettoyage de la tuyauterie et Jean-Marie TRICOTEAUX pour l’harmonisation. Informations sur l’orgue tirées du site de son titulaire, Jean-Charles Ablitzer.
Recherche… Recherche…
Haut de page Haut de page Recherche… Recherche…
Le relevage de 2012
Photo : pierremarteau Photo : flickr
Jean-Charles Ablitzer Toccata de Th. Dubois (19e)
Jean-Charles Ablitzer Largo e spiccato JS Bach