Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                                  Historique               Photos

Bagnères-de-Bigorre  (65)                                       

Eglise St Vincent

Lefebvre, 1710 - Grenzling, 1998

                                                                                             

Composition :

I / Écho II / Grand-Orgue III / Positif de dos Pédalier 
       
Bourdon 8' Bourdon 16’ Bourdon 8’ Soubasse 16’
Quintaton 8' Montre 8' Viole de gambe 8' Basse 8'
Flûte à cheminée 4' Bourdon à cheminée 8' Prestant 4' Octave basse 4'
Doublette 2' Prestant 4' Flûte à cheminée 4' Flûte 2'
Quinte 1 1/3' Flûte conique 4' Nasard 2 2/3' Mixture VI rangs
Sifflet 1' Quinte 2 2/3' Doublette 2' Bombarde 16'
Sesquialtéra II rangs Doublette 2' Quarte 2' Trompette 8'
Cymbale III rangs Tierce 1 3/5' Tierce 1 3/5'  
Voix humaine 8'  Cornet V rangs Plein-jeu IV-V rangs  
  Plein-jeu V-VI rangs Cromorne 8'  
  Trompette 8'    
  Clairon 4'     


Autres caractéristiques :
38 jeux - 3 claviers manuels 56 notes et pédalier 30 notes
Accouplements à tiroir Écho/G.O. et Pos./G.O.
Tirasses G.O. et Écho
Ton moderne La 440
Tempérament égal
Tremblant doux aux claviers manuels

Haut de page


Historique :



L’église Saint-Vincent est dotée d’un orgue dès la seconde moitié du 16ème siècle. Cet instrument fut vraisemblablement remplacé et reconstruit en 1611 par Antoine Rivalier puis relevé en 1662 – 1663.

En 1707, l’orgue est quasiment injouable et il est décidé d’en reconstruire un neuf. Les travaux débutent en février 1709 pour se terminer en mai 1710. Le facteur Anthoine Lefebvre est chargé des travaux. Il meurt à Bagnères en 1709 et la construction est terminée par des frères Carmes de Toulouse.
La tribune actuelle, le buffet et les tuyaux visibles depuis la nef datent de cette époque.

En 1725, l’orgue est déjà en grande partie injouable.

Il faudra attendre 1771 pour que d’importants travaux (peut-être une reconstruction) soient réalisés par le facteur Labruguière, élève de Dom Bedos, et terminés en août 1775.
La révolution passe. L’orgue n’en souffre pas.

Rossini, lors d’un séjour à Bagnères en 1832, fait l’éloge de l’instrument et de l’organiste. Au 19ème siècle, il est profondément remanié selon les modes de l’époque et perd tout son caractère ancien.

En 1922, décision est prise de reconstruire un orgue neuf avec la maison Puget. Il est inauguré le 30 avril 1924 par Joseph Bonnet, organiste de Saint-Eustache. Le buffet a été élargi de 84 cm, ce qui lui a fait perdre un peu de son élégance.

Puget y travaille encore en 1934 pour y adjoindre un troisième clavier (une nouvelle fois inauguration par Joseph Bonnet).

Costa y fit encore des travaux en 1966.

L’instrument est inauguré le 9 août par André Marchal, lui aussi titulaire de Saint-Eustache.

Malgré cela, l’orgue n’était plus jouable dès le début des années 1980.

Pressentant la nécessité de travaux importants, une association s’est créée dès avril 1978 suite à une expertise aux conclusions sévères de la maison Beuchet-Debierre. Après la nomination de Jean-Pierre Decavèle comme maître d’ouvrage, la reconstruction de l’instrument est confiée à Gerhard Grenzing.

A part les tuyaux de montre, d’origine (1710), toute la mécanique est neuve ainsi que la tuyauterie : ce qui représente environ 2800 tuyaux.

Le concert d’inauguration eut lieu le 13 mai 1988 et fut donné par Jean-Paul Lécot, organiste des Sanctuaires de Lourdes, l’Ensemble Choral sous la direction d’Antoine Gonzales et la participation de Laurent Wachter (jeune organiste).

Cet instrument de par sa conception et son esthétique permet de jouer toute la musique baroque française et allemande (Couperin, Bach...) ainsi qu’une grande partie du 19ème " classique " (Brahms, Mendelssohn, Schumann, ...) sans exclure certains morceaux contemporains (Alain, Duruflé, ...).

Merci à la plaquette de l’Association des Amis de l’Orgue Saint-Vincent, " Quatre siècles à la tribune de l’Église Saint-Vincent de Bagnères de Bigorre ", (texte de André Hautefeuille), toujours disponible et qui retrace une rétrospective intéressante et très bien documentée de l’instrument et de son environnement.

Jean-Paul Lécot, organiste des Sanctuaires de Lourdes, a enregistré un disque " Mozart, père et fils ", référence Forlane UCD 16 667, qui a reçu un excellent accueil de la presse spécialisée.


Haut de page


Photos :

Bagnères de Bigorre Eglise St Vincent             

Bagnères de Bigorre Eglise St Vincent          Bagnères de Bigorre Eglise St Vincent


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays