Entrez dans le monde magique des orgues.    Page créée le 23/08/2008       Mise à jour le 06/02/2012     L’orgue Schyven (1891) de la cathédrale Notre-Dame d’Anvers (Belgique) Orgues en France et dans le monde. Pays : Belgique Province :  Antwerpen Ville : Antwerpen (Anvers) Local : Onze Lieve Vrouwekathedraal Facteur : Schyven Année : 1891 Passion,     Découvertes,     Partage.... Historique
Carte Photos Cliquer Disposition Dans cette magnifique cathédrale Notre-Dame, construite entre 1352 et 1521, des orgues sont présents dès le 15ème siècle. On sait la présence d’un organiste dès 1430. En 1449, un instrument neuf est construit par Adriaen PIETERSZOON de Delft. En 1491 cet orgue est remplacé par un nouvel instrument de Jan DE BUKELE. Cet orgue sera détruit lors d’un grand incendie en 1533. En 1557, le facteur Gielis BREBOS d’Anvers construit un nouvel orgue qui sera détruit quelques années plus tard en 1566 par les « Iconoplastes ». En 1567, BREBOS construit un nouvel instrument qui aura la particularité d’être le premier du pays à disposer d’une division de pédale indépendante avec six jeux. Entre 1654 et 1660, l’orgue BREBOS est restauré par Pieter LANOY. Le buffet est reconstruit en 1657 par Peter VERBRUGGHEN et Michel BOURSOY. L’orgue dispose maintenant d’un Positif de dos. En 1834, l’instrument est déplacé contre la façade ouest. Le Positif de dos disparait et le buffet est élargi sur toute la largeur de la nef. C’est ce buffet historique de 1657 qui sera utilisé en 1888 et que l’on peut admirer aujourd’hui. Il sera placé sur une tribune neuve néo-gothique, conçue pour recevoir une chorale et un orchestre en sus de l’orgue. L’orgue lui-même fut commandé en 1888, après que la cathédrale eut reçu un legs important d’Eugenia Maria KEMPENEERS. La maison Pierre SCHYVEN de Bruxelles fut préférée à ses célèbres concurrents CAVAILLE-COLL de Paris ou la maison WALCKER de Ludwigsburg (D) ou Charles ANNEESSENS de Geraadsbergen (Gramont – Belgique). Après trois ans de travaux, SCHYVEN livre son orgue en décembre 1891. Il comporte 90 jeux sur quatre claviers et un pédalier avec une transmission mécanique des claviers et des jeux. Au fil des décennies l’orgue n’a été que très peu modifié, échappant à la modernisation dont ont été victimes nombre de grands instruments. Du point de vue technique, ceci est certainement dû à la haute qualité de la construction de cet orgue. Du point de vue musical, l'instrument offrait par sa disposition élargie les possibilités satisfaisantes pour les générations futures. Finalement, la grande réputation de l'instrument aura contribué au respect de sa valeur initiale. En 1902, STEVENS de Duffel place un nouveau trémulant sur le Récit. En 1913, l'ancien moteur à gaz pour l'alimentation en air est remplacé par un ventilateur électrique. En 1921, le ventilateur a reçu un nouveau moteur électrique. En 1934, la maison Jos STEVENS de Duffel a effectué un relevage. En même temps il a remplacé le Quintatön 12' du Positif par un Quintatön 16'. Il est également possible que les mixtures aient été adoucies. En 1951, PELS D'HONDT d’Herselt place un nouveau tremblant sur le Positif et remplace le Quintatön 16' par un Bourdon 16'. L'ancienne inscription de jeu n'est cependant pas modifiée. En 1973, l'orgue est partiellement démonté durant les travaux de restauration de la cathédrale. L'instrument entier a été placé à l'abri de la poussière. Le buffet a été restauré par un entrepreneur de menuiserie d'intérieur. En 1983, le soufflet d'origine dans la tour de gauche (de la cathédrale) est éliminé sur recommandation des pompiers. De 1983 à 1986, la maison PELS D’HONDT effectue une restauration complète de l’orgue, sans modification de la disposition. L’orgue est inauguré en février 1986. Depuis 1993, l’orgue SCHYVEN cohabite avec un deuxième grand-orgue METZLER de style classique. (1) : Toujours noté Quintatoen 16' sur le tirant. Autres caractéristiques : 90 jeux - 4 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes Transmission mécanique des claviers et des jeux Accouplements : I/II - III/II - IV/II - III/I - III/III 16' - IV/IV 16' Tirasses : I/P - II/P - III/P - IV/P Appel des fonds (I - II - III - IV - P) Appels des mutations (I - II - III - IV - P) Appels des anches (I - II - III - IV - P) Appel des 32' Orage Peter Van de Velde joue Peter Van de Velde joue J.S Bach  Widor - "Mattheus-Final" Sinfonia Cantate 29  (Tr. Guilmant) Peter Van de Velde Peter Van de Velde accompagne le joue Flor Peeters bariton : Wilfried Van den Brande