Orgues        Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                                        Historique               Photos

Angers  (49)                                       

Cathédrale St Maurice

Jousseline, 1512
- Cavaillé-Coll, 1873
                                                                                             

Composition :

I. Positif II. Grand-Orgue III. Récit expressif Pédale
       
Quintaton 16' Montre 16' Bourdon 16' Soubasse 32'
Montre 8' Bourdon 16' Principal 8' Contrebasse 16'
Bourdon 8' Montre 8' Quintaton 8' Bourdon 16'
Unda Maris 8' Bourdon 8' Viole de gambe 8' Violoncelle 8'
Prestant 4' Flûte harmonique 8' Voix céleste 8' Bourdon 8'
Flûte douce 4' Salicional 8' Flûte harmonique 8' Flûte 8'
Quinte 2 2/3' Grosse Quinte 5 1/3' Prestant 4' Octave 4'
Doublette 2' Prestant 4' Flûte octaviante 4' Doublette 2'
Cornet 8' V Flûte 4' Nazard 2 2/3' Plein-jeu IV
Fourniture III Quinte 2 2/3' Octavin 2' Bombarde acoustique 32'
Cymbale III Doublette 2' Tierce 1 3/5' Bombarde 16'
Trompette 8' Tierce i 3/5' Fourniture IV Trompette 8'
Cromorne 8' Grand Cornet 16' V Cymbale IV Clairon 4'
Clairon 4' Plein-jeu IV Bombarde acoustique 16'  
  Cymbale III Trompette 8'  
  Bombarde 16' Basson-Hautbois 8'  
  Trompette 8' Voix humaine 8'  
  Clairon 4' Clairon 4'  
  Trompette en chamade 8'  
  Clairon en chamade 4'  

Autres caractéristiques :
66 jeux - 3 claviers manuels de 56 notes et pédalier 30 notes.
Traction électrique des claviers et des jeux
Accouplements : I/II - III/II
Tirasses : I/P - II/P - III/P
Tremolo: Récit

Haut de page


Historique :


Les plus anciens documents relatifs au grand orgue de la cathédrale d’Angers remontent à 1369.

En 1417, Jean Chabenbel installe un orgue entièrement neuf, dans un buffet de Jean Le Flamand, sur une tribune en encorbellement sous la verrière de la façade.

Mais le 7 juillet 1451, la foudre dévasta les tours de la cathédrale et les orgues furent totalement détruites. Sitôt la cathédrale remise en état, on se préoccupa d’y construire un orgue neuf, sur une tribune étendue à toute la largeur de la nef, et qui allait subsister jusqu’au XVIIIème siècle.


De 1507 à 1512, un nouvel orgue fut édifié grâce aux libéralités d’Anne de Bretagne, par Ponthus Jousseline, dans un buffet de Jacques Colleau orné des effigies de la Reine Anne et du Roi Louis XII, avec positif dorsal et deux trompes, soutenant des tuyaux de 32 pieds...


Le 18 octobre 1533, l’orgue était à nouveau dévasté par le feu. On en confia la réfection à Pierre Bert qui s’engage à reconstruire l'instrument à lui redonner tout son lustre d'antan. Après ces travaux, l’orgue possédait trois claviers et 29 jeux.


Suite à un nouvel incendie le 25 mai 1617, Jacques Girardet agrandit encore l’instrument et en fait l'un des meilleurs de France avec ses 47 jeux. Il semble que jusqu’alors l’orgue n’ait pas eu de pédalier, puisqu’en 1701, Marin Ingoult intervient pour ajouter un pédalier.


Le vénérable buffet allait finalement être remplacé au XVIIIème siècle par la boiserie actuelle, commandée en 1742 à Louis Hamon et exécutée, suite à la faillite de ce dernier, par Pierre-Étienne Surugue.
La partie instrumentale, restaurée par Jean Dangeville, comportait alors 47 jeux. L'instrument fut reçu le 10 mai 1748.


Cet orgue traversa sans dommages la révolution, puis survécut au long des années, grâce aux travaux menés par divers facteurs : Christian Nyssen, Louis Lair, les frères Claude...


Le 17 février 1869, Aristide Cavaillé-Coll soumet une proposition, au coût de 55 900F, pour la restauration de l'instrument. Le contrat est signé le 14 juin 1870 pour un coût de 60 000F. Trois ans plus tard, après en avoir modifié l'esthétique, il livrait un instrument quasiment neuf: le quatrième clavier disparut, le Récit court de Dangeville fut remplacé par un clavier complet doté de 10 jeux. Certains jeux de mixtures furent remplacés par des timbres romantiques, tels l'Unda Maris du Positif et les flûtes harmoniques. Il maintint le Positif de dos, ce qui ne fut pas toujours le cas dans ses restaurations. Le concert inaugural fut joué par Alexandre Guilmant le 28 août 1873.


Deux relevages effectués par la maison Debierre, de Nantes, en 1901 et 1937, n'apportèrent que de légères modifications à l'orgue de Cavaillé-Coll.


L’orgue, durement éprouvé par les bombardements de 1944, a été restauré, de 1957 à 1959, par les établissements Beuchet-Debierre, électrifié et augmenté de 19 jeux nouveaux et ce sans toucher à l’harmonie des jeux d'origine ni avoir à ajouter un quatrième clavier. Les claviers manuels sont portés de 54 à 56 notes. Il fut inauguré en novembre 1959 par Marcel Dupré.


La tribune ainsi que le buffet ont été classifiés "monuments historiques" en mars 1977.


En 1991, Yves Sévère effectue une réfection des peausseries.



Haut de page



Photos :

Angers Cathedrale orgue

Angouleme Cathedrale orgue Beuchet Debierre

Angouleme Cathedrale orgue Beuchet Debierre


Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays