Entrez dans le monde magique des orgues.
Page créée le 04/09/2016 L’orgue Daldosso (2016) de la basilique Notre-Dame d’Alençon (61).
Les derniers Les derniers Index par pays Index par pays A propos A propos Accueil Accueil Sources et liens Sources et liens Facteurs d’orgues Facteurs d’orgues Contact Contact
Orgues en France et dans le monde.
Pays : France Région :  Basse-Normandie Départ. : Orne Ville : Alençon Local : Basilique Notre-Dame Facteur : Daldosso Année : 2016
Passion,     Découvertes,     Partage....
Historique
Disposition
Carte
Cliquer
Haut de page Haut de page Retour France alpha Retour France alpha
Photos
Retour France Dept. Retour France Dept.
L’imposante église Notre-Dame a été construite à l’emplacement d’un ancien prieuré du 12ème siècle, déjà dédié à Notre-Dame de l’Assomption. La construction a commencé à la fin du 14ème siècle. Interrompus par l’occupation anglaise de 1417 à 1449, les travaux ont repris en 1470 pour s’achever au début du 16ème siècle. L’édifice a été bâti d’abord dans le style gothique classique puis, à partir de 1500, dans le style gothique flamboyant, comme en témoigne la richesse des sculptures de la façade, au-dessus du porche de la Transfiguration. La nef à cinq travées s’élève sur trois niveaux, avec un triforium et des fenêtres hautes. Les chapelles sont construites vers 1500 entre les contreforts. En 1744, le chœur et la tour au-dessus de la croisée de transept sont détruits par un incendie provoqué par la foudre. Ils seront reconstruits entre 1745 et 1762. L’édifice a beaucoup souffert d’abord des guerres de religion puis de la révolution. Heureusement les magnifiques verrières des fenêtres hautes qui datent du début du 16ème siècle, ont été préservées. L’édifice a été restauré dans la seconde moitié du 19ème siècle. Le porche et le portail ont été restaurés en 2002 et la nef en 2005. A noter, outre les magnifiques vitraux du 16ème et d’autres plus récents, la chaire de 1536. Les parents de Ste Thérèse de Lisieux, les époux Martin, y célébrèrent leur mariage en 1858 et Thérèse y fut baptisée en janvier 1873. C’est pourquoi l’église devint un lieu de pèlerinage très fréquenté, encore plus depuis la béatification des époux Martin en octobre 2008. Le pape Benoit XVI a élevée l’église Notre-Dame au rang de basilique en août 2009. Il est fait mention d’un orgue dans l’église dès 1506/1508. En 1537, un instrument neuf est commandé aux facteurs Simon LE VASSEUR et Gratien de CAILLY. Le buffet remarquable est l’œuvre du menuisier Jehan de Maton et c’est ce buffet, chef d’œuvre de la Renaissance française, que nous pouvons admirer aujourd’hui, restauré dans ses couleurs claires d’origine. De 1652 à 1657, le facteur Jacques VERDIER du Mans (Sarthe) restaure l’orgue. A la fin du 17ème siècle, les facteurs Robert et Jacques INGOUT de Rouen restaurent à nouveau l’instrument. En 1804 et 1805, le facteur Charles de MOMIGNY de Châteaudun (Eure-et-Loir) effectue des réparations suite aux dommages causés par la révolution. En 1862, le buffet est classé aux Monuments Historiques. En 1873 et 1874, les frères DAMIENS, facteurs d’orgues installés à Gaillon (Eure) restaurent, voire même reconstruisent l’instrument, dans un style évidemment bien différent. En 1944, l’orgue a énormément souffert des bombardements alliés. En 1950, l’instrument est reconstruit, à l’économie, par la maison Charles MICHEL-MERKLIN de Lyon et inauguré par Marcel DUPRE. A la fin des années 1960, l’orgue est endommagé par les travaux de restauration de la voûte et en 1976 il devient muet. En 2008, la ville d’Alençon a approuvé le projet de restauration du buffet historique et de la reconstruction d’un instrument neuf. En 2012, le contrat de ces travaux a été confié au facteur Jean DALDOSSO de Gimont dans le Gers, sous la supervision de Thierry Semenoux, technicien-conseil du Ministère de la Culture. De 2014 à 2016, le buffet a été entièrement démonté et restauré dans les ateliers de Gimont. Les couleurs d’origine, telles qu’elles figurent au contrat de 1537, ont été rétablies. DALDOSSO a construit un orgue entièrement neuf. Ce n’est ni un instrument baroque ou classique, ni un instrument romantique ou symphonique, ni un orgue néo-classique du 20ème siècle… Il s’agit d’une véritable création contemporaine, digne du talent du facteur gersois, connu pour ses nombreuses et excellentes réalisations. L’instrument a 33 jeux réels sur trois claviers et pédalier, avec une transmission mécanique des claviers et électromécanique des jeux. La disposition sonore permet l’interprétation des différents répertoires, du 17ème au 21ème siècle. L’instrument a été inauguré par un récital de Thomas OSPITAL, titulaire de St Eustache à Paris, donné le 1er septembre 2016. Les éloges qui ont été nombreux au récital d’inauguration sont plus qu’encourageants et récompensent la détermination des acteurs de cette résurrection et le travail exemplaire de Jean DALDOSSO. Cet instrument est appelé à participer au rayonnement culturel et touristique de la cité d’Alençon.
Autres caractéristiques : 33 jeux - 3 claviers manuels de 61 notes et pédalier 32 notes Transmission mécanique des claviers et électromécanique des jeux Accouplements : I/II - III/II - III/I Tirasses : I/P - II/P - III/P Combinateur électronique Séquenceur Rossignol - Coucou - Carillon - Tambour
Le buffet avant restauration Thomas Ospital à la console (09/2016)