Agen Cathédrale orgue Stoltz Orgues en France et dans le monde.

Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays                                                      Historique                Photos

Agen (47)

Cathédrale St Caprais

Stoltz, 1859


Composition :

I. Positif II. Grand-orgue III. Récit expressif Pédale
       
Flûte 8’ Montre 16’ Quintaton 16’ Flûte 16
Bourdon 8’ Bourdon 16’ Flûte 8’ Flûte 8’
Gambe 8’ Montre 8’ Flûte Harmonique 8’ Flûte 4’
Salicet 4’ Bourdon 8’ Bourdon 8’ Bombarde 16’
Prestant 4’ Salicional 8’ Gambe 8’ Trompette 8’
Doublette 2’ Prestant 4’ Voix céleste 8’ Clairon 4’
Quinte 2 2/3 Gambe 4’ Flûte octaviante 4’  
Plein Jeu 3 rangs Doublette 2’ Octavin 2’  
Basson-Hautbois 8’ Cornet 5 rangs Basson-Hautbois 8’  
Euphone 8’ Fourniture 3 rangs Voix Humaine 8’  
Trompette 8’ Cymbale 2 rangs Cor Anglais 16’  
Clairon 4’ Bombarde 16’ Trompette 8’  
  Trompette 8’ Clairon 4’  
  Clairon 4’    

Autres caractéristiques :
45 jeux - 3 claviers de 56 notes et pédalier de 30 notes.
Transmissions mécaniques
Accouplements: I/II - III/II - III/I - GO 16 - Pos 16
Tirasses: I/P - II/P - III/P
Appel G.O - Appel anches III et pédale
Tremblant III - Expression III

Haut de page


Historique :

Le Grand Orgue, du facteur Stoltz, exposé lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1855, est offert à la cathédrale d’Agen par l’Impératrice Eugénie. 

Il y est installé en 1859. 

Stoltz lui-même l’agrandira et l’améliorera afin qu’il puisse s’adapter au répertoire en pleine évolution de l’époque. Il s’agit d’un grand instrument d’une grande puissance, le plus grand jamais installé en Lot-et-Garonne, il possède alors 42 jeux répartis sur trois claviers et un clavier de pédales.

Au cours du XXème siècle, la plus importante modification est due à Rochesson et Gonzalès, qui selon le goût de l époque électrifient l’instrument et l’agrandissent à nouveau, pour lui donner 50 jeux sur 3 claviers de 61 notes et un pédalier de 30 notes.

Le Buffet et la partie instrumentale sont classés Monument Historique en 2000, et à bout de souffle, restauré à partir de 2004, par la Manufacture Languedocienne de Grandes Orgues, dirigée par Charles Emmanuel Sarelot, ainsi que le facteur d’orgues Claude Berger. 

La restauration a consisté à redoter l’instrument d’une mécanique, et de lui faire retrouver ses sonorités originelles, de sorte que l’instrument soit proche de ce qu’il était en 1859. Il possède aujourd’hui 45 jeux répartis sur trois claviers de 56 touches, et d’un clavier de pédales de 30 notes.


Haut de page


Photos : :

Agen Cathédrale

Haut de page    Retour France Alpha     Retour Départements     Retour tous pays